Premier été en tant qu’indépendante principale. Finalement, j’ai renoncé à toutes les démarches par rapport au chômage et donc aussi à toutes les aides pour la création d’entreprise. Trop d’incertitudes, trop de “selon la situation…“. Je crois que ce qui me retenait c’était la peur. Et discuter avec 36 000 personnes différentes n’est pas vraiment la meilleure chose à faire, puisque les autres te transmettent également leurs peurs et leurs doutes. Finalement, j’ai fait un truc de foufou. Attention, il se peut que je perde la moitié de mes lecteurs et lectrices ! Au lieu d’écouter mon cerveau qui me dit tout le temps des choses contradictoires et qui aime beaucoup trop sa petite stabilité, j’ai écouté mon corps et mon intuition. Sous les conseils d’une amie, j’ai fait un exercice, et sous les conseils d’une autre amie j’ai eu une discussion de fond. J’ai aussi tiré les cartes et les signes étaient tellement énormes et évidents que ça en était comique.

Depuis, je m’efforce de méditer quotidiennement sur ma situation pour me mettre en confiance et accepter le fait que j’ai fait un choix certes inquiétant mais que c’est le bon.

Ça va, tu es toujours là ?

Organisation

Bon alors, note pour plus tard : mieux organiser les congés scolaires d’été. Parce que bosser quand les enfants sont à la maison, c’est mission impossible. Et même quand le père est là pour s’en occuper. Pour plus tard, je pense sérieusement à l’option de coworking (loin de chez moi). Pour l’instant mes revenus ne sont pas assez élevés pour que je le fasse.

Mais sinon, aucun souci pour moi de rester seule à la maison. J’aime ça en fait !

Pour la rentrée, je me suis fait un petit planning d’une semaine idéale. Qui m’a bien gentiment mis devant le fait que je bosse quasi temps plein en gagnant beaucoup moins que mon temps partiel de jadis. Hum. On va dire que c’est passager. J’ai fait ce planning pour me bloquer des plages horaires afin de travailler sur certains projets à plus long terme car je me rends terriblement compte que je bosse sur du court terme, presque au jour le jour. La preuve, je n’ai pas réussi à mettre à jour mon book  dans la section graphisme et illustration. Pourtant, j’ai la matière pour le faire. Et je commence tout juste à mettre en place une page « services » un peu plus claire et explicite. Je me suis bloquée aussi 2 soirées peinture par semaine car bien évidemment, la peinture est en train de passer à la trappe. Et j’aimerai bien accrocher des nouveautés lors du parcours d’artistes de ma ville.

Ce qui change c’est que je ne passe plus mes soirées à chercher comment/pourquoi/quand/avec qui faire pour clarifier ma situation, ou à bosser sur mon ordi après une journée de salariat. Et ça c’est déjà bien.

Une semaine parfaite comme son nom l’indique. Donc la réalité risque d’être différente car je suis loin d’être parfaite. J’ai trouvé ce document sur Rangez-organisez-simplifiez. Tout un programme non? Et oui, tu ne rêves pas, j’ai bien indiqué “sport” le lundi soir! whaaaahaha

Travail

J’ai réalisé les portraits de 43 travailleurs et travailleuses d’une association. Travail long et délicat car la façon de se voir et de voir d’autres personnes est totalement subjective.

Je viens de finir la mise en page d’un flyer pour un concours d’écriture, car non, je ne fais pas que de l’illustration ! Je fais aussi du graphisme.

Actuellement, je travaille sur des illustrations de recettes

Répondre à des demandes de prix me prend beaucoup de temps. Tout comme le suivi quotidien, le suivi administratif. D’ailleurs, j’ai bloqué la première plage horaire de ma semaine avec le suivi administratif. Comme je déteste ça, au moins ce sera fait !

La SCAM

Je continue de découvrir le monde de l’édition. Sous les conseils d’une amie, je me suis inscrite à la Scam.  Je ne connaissais pas du tout. La Scam permet de toucher ses droits, je ne parle pas des droits d’auteurs, qui sont à gérer avec la maison d’édition ou le client, je parle des droits d’exploitations. La Scam offre des conseils juridiques, fiscaux aussi. Et aussi elle crée du lien entre les auteurs et les autrices, les accompagne, met à disposition tout un tas de documentation. Bref, un endroit incontournable.

Quelques liens utiles

  • Elodïe vient d’ouvrir un groupe Facebook pour les illustrateurs et illustratrices. Elle propose déjà tout un tas d’informations sur le métier, maintenant, elle nous offre un espace pour discuter, échanger tout en gardant un esprit de partage et d’entraide
  • Le blog de la méchante, d’Eleonore Bridge (merci Sophie pour le lien !) : des articles cash et directs sur la vie d’entrepreneure.  Sur la façon que nous avons de nous prendre la tête, de douter, de nous sous-estimer. Ça me parle à fond !! haha. Mention spéciale pour cet article.
  • Un podcast sur les femmes entrepreneures et engagées : Vie(s) de FEES : des interviews de femmes qui changent le monde ! Ouais carrément. J’aime bien écouter ce podcast car on y retrouve des expériences diverses et variées. Le dernier est avec Camille Choplin, Ecologirl. Je n’ai toujours pas lu son livre mais c’est dans ma liste ! En l’écoutant je me suis dit “holala, mais c’est moi ça“. J’ai trouvé plein de ressemblances sur la manière de fonctionner.

C’est tout pour aujourd’hui, et c’est bien assez!

articles liés

Pin It on Pinterest

Share This