Peu d’images pour ce post mais beaucoup de liens 🙂

Aie Aie Aie, je savais bien que ça allait être difficile cette semaine! Avec Clémentine, on s’attaquait donc à la cuisine, qui est chez nous la première source de désordre et de déchets. J’avais déjà fait un tri il y a quelques semaines -c’est la même histoire que la salle de bain : la cuisine est minuscule-, je ne voyais pas comment j’aurai pu faire encore plus! J’ai quand même réussi (un peu). Quelques couverts par ci par là, un grille pain qui ne grille plus que d’un côté et que nous n’utilisons plus… et puis j’ai viré d’un coup toutes nos boites en plastique. J’ai comme projet d’acheter (enfin) des boites de conservation en verre. Mais ce n’est pas facile à trouver quand on ne veut/peut pas forcément aller chez ikéa ou acheter par internet. J’ai appris aujourd’hui qu’on en vendait à la vaisselle au kilo. J’irai au plus vite car les boites en plastique reviennent de nouveau dans la cuisine!

Pour l’instant je récupère les bocaux à large bords. Grâce à freecycle, j’ai donné les affaires enlevées de la salle de bain la semaine dernière et j’ai récupéré des bocaux. Mais j’aurai du me méfier, quand on m’a dit qu’ils avaient contenu… du hareng! J’ai jamais supporté l’odeur du poisson mariné, et depuis que je suis végé, c’est pire. J’ai nettoyé, frotté, stérilisé, et je sens toujours cette satanée odeur dans les couvercles. Pour l’instant, ils trempent dans du vinaigre. Je ne sais pas si c’était l’idée du siècle de les récupérer!

Par contre j’ai tester cette méthode pour enlever les étiquettes et ça marche du tonnerre. Il faut encore frotter pour tout enlever, mais l’effet sur la colle est immédiat.

Depuis quelques temps j’ai réussi à m’organiser pour aller au marché des tanneurs en semaine (le weekend end, c’est blindé de monde). Ne vous fiez pas à la photo, ce n’est plus du tout comme ça. On y trouve des fruits et des légumes mais aussi de l’épicerie, et beaucoup d’aliments en vrac telles que les graines, les pâtes, le riz, la semoule, des petits biscuits… il est possible également de venir avec ses bouteilles pour les remplir d’huile, et même de vin.
J’ai comparé le prix des pâtes vendues en vrac et celles déjà emballées : c’est tout simplement moitié moins cher.

Les jus de pommes sont à tomber par terre et en plus, dans des bouteilles consignées. J’ai demandé si l’on pouvait venir avec des sacs en tissus, et c’est possible. Le mieux étant de venir avec des sacs identiques, d’en garder un vide, ils déduisent la tare à la caisse (le sac en tissus est un peu plus lourd que le sac en papier). Ma prochaine tâche est de coudre des petits sacs en tissus pour ces denrées, selon le tuto de clémentine. Et aussi de trouver des bocaux de grande contenance pour ranger tout ces aliments.

Nous cuisinons pas mal chez nous, le midi, j’essaye d’apporter mon repas, mais je n’y arrive pas toujours (selon le temps et la motivation). Etant donné que la cuisine est petite, que le four n’est pas top, ce n’est pas toujours un plaisir de cuisiner, dommage. Nous avons abandonné les desserts du supermarché, compotes et crèmes au chocolat sont faites maison et versées dans des petits pots récupérés.

cuisine zéro déchet, récipients

Le café chez nous est fait avec une cafetière italienne donc, pas de déchet de filtres.

Pas d’essuies tout (sopalin) chez nous, j’ai une petite pile de tétras (langes) qui servent à tout essuyer, et qui seront pour certains transformés en sac.

Et pour le ménage, c’est vinaigre, vinaigre et vinaigre! il fait tout. Il faut juste vaporiser, attendre et frotter un peu, voilà.

Les pelures vont au vermicompost à la cave (qui se porte bien merci pour lui), mais il y a aussi un compost de quartier qui fonctionne depuis quelques mois.

J’aimerai par la suite remplacer petit à petit certains ustensiles : les pailles en plastique contre des pailles en inox, les poêles et sauteuses en téflonl contre de la fonte ou du fer…

Je vous renvois à l’article très complet de Clémentine sur la cuisine zéro déchet pour plus d’informations.

 

Pin It on Pinterest

Share This