Les empreintes dans la maison

Les empreintes dans la maison

Un mercredi de pluie, mes filles et moi sommes parties à la recherche des traces dans la maison. Armées de papier, de crayons et de pastels nous en avons fait le tour. Passés les “oui mais non”, “j’ai pas envie”, “j’comprends rien...” habituels, j’ai par je ne sais quel miracle, réussi à capter l’attention de mes filles. Au début, elles ne voyaient aucun intérêt à griffonner le papier. Ce n’est qu’une fois qu’une marque est apparue que la curiosité a pris le dessus. Et tout y est passé!!

Voici donc un atelier créatif tout simple, à effectuer par mauvais temps. Et ce n’est même pas la peine de savoir dessiner!!

Nous avons commencé simplement par des traces au sol (pour une fois que je trouvais un intérêt aux fissures de notre béton lissé ;-)) et sur les murs qui sont pour la plupart en bois, il y avait matière.

Ensuite, tous les supports y sont passés… le carrelage, les livres à toucher…

… les meubles…

La plus grande a eu envie d’elle-même de faire une petite composition nature avec les motifs récoltés.

Vivement le beau temps pour récolter des empreintes à l’extérieur!

Marina Le Floch, atelier créatif pour les enfants - les empruntes dans la maison
Geste écolo 106 : récupérer l’eau de pluie

Geste écolo 106 : récupérer l’eau de pluie

Pour la machine à laver et pour la toilette de l’étage, nous avons une citerne d’eau de pluie enterrée (avec une pompe électrique), mais je trouvais pratique d’avoir aussi une citerne plus près du jardin, facilement accessible.

Cette eau nous sert pour le jardin, pour le nettoyage (notamment des toilettes sèches).

C’est pratique et économique. Nous avons trouvé notre citerne sur un site de seconde main, elle contenait du jus de fruit avant!

Un rinçage, un petit dispositif pour la raccorder à la gouttière et le tour est joué.

Rien de neuf en 2018: janvier

Rien de neuf en 2018: janvier

Je participe au défi « Rien de neuf en 2018 » proposé par Zero Waste France. En gros cela consiste à ne rien acheter de neuf cette année, ou le moins possible. À part évidemment les consommables. C’est à chacun de poser ses limites. Je me suis engagée là-dedans car je savais que ça n’allait pas être trop contraignant pour moi mais qu’il y aurait quand même certaines difficultés.
Ensuite, pour le fun, je me suis dit que je pourrais illustrer mes achats. Voici mon bilan de janvier.
Je préviens : je n’ai pas tout illustré car

  1. J’ai décidé de le faire tard, genre j’ai commencé lundi dernier.
  2. J’avais ma fille malade dans les pattes, genre, niveau de concentration possible : 0,5/10.
  3. Ou alors, c’est que j’ai dû acheter trop de trucs.

Les achats d’occasion

Des vêtements

défi rien de neuf en 2018

  • Un pantalon,
  • une jupe,
  • un t-shirt,
  • et un pull (trop la folie).

Achetés soldés dans une friperie et aussi à une voisine qui vidait sa garde-robe. Pour ma penderie qui a plus ou moins trouvé un équilibre, j’essaye d’en sortir un vêtement dès que j’en ramène un (c’est fait).

Des ustensiles

  • Une petite cafetière à piston pour le boulot parce que le café en dosette, même papier, c’est mal et qu’en plus ce n’est pas bon. C’était une de mes résolutions pour la nouvelle année, la cafetière m’attendait, dans un rayon de soleil, sur une étagère d’une ressourcerie.
  • Des fourchettes et des grandes cuillères pour remplacer les anciennes en plastique déglingué. Elles sont dépareillées, ce n’est pas grave, ça va avec le reste – je me comprends (ressourcerie).
  • 3 bols pour remplacer ceux ébréchés. Et on a failli acheter des assiettes. Nous n’en n’avons pas besoin mais nous en avons vu des super jolies (à la ressourcerie toujours). Mon compagnon et moi sommes graphistes, et, quand on a un imprimé en main, on cherche toujours à savoir qui les a faits. Déformation professionnelle surement, c’est pareil pour les assiettes. Nous les avons retournées, en même temps, et on a vu « IKEA ». On les a reposées tout de suite. Ils sont forts chez ikéa, on a failli se faire avoir. Gnark gnark.
  • 2 bocaux. Parce que dans mon monde, les bocaux c’est la vie (ressourcerie).

Pour l’aménagement

defi rien de neuf en 2018

  • Un miroir kitchissime que là, tu peux être certain.e que c’est pas du Ikéa. Doré, avec des feuillages. Ouais (ressourcerie).
  • Une étagère d’angle moche mais dont j’ai vu tout de suite le potentiel (ressourcerie).
  • Des pots et jardinières en plastique. No comment  (ressourcerie).
  • Des plantes : Un grand ficus lyrica et des boutures de papyrus, les deux donnés (amie, collègue)

Pour les enfants

défi rien de neuf en 2018

  • Deux peluches, avec des airs chelou : un tigre qui a l’air un peu débile et un castor qui a l’air un peu méchant, il porte une couverture sur son dos. Mais malgré tout ça ils sont mignons (ressourcerie).
  • Deux imagiers en néerlandais. Ma fille veut apprendre le néerlandais. Je me suis dit que les imagiers c’était pas mal. N’essaye même pas de m’imaginer en train de lire le néerlandais. J’ai essayé de l’apprendre, par 3 fois et par 3 fois j’ai échoué. Je vais essayer une 4e fois, avec ma fille. Ceci dit, je te conseille la lecture d’un imagier en néerlandais pour la sieste, c’est radical (boutique de livre d’occasion).
  • Une paire de roller pour ma junior casse-cou, mon dos ne me dit pas merci (ressourcerie).

Les achats neufs

Mea culpa, j’ai acheté du neuf.

  • Des lingettes en microfibre pour le ménage. Bon je t’arrête tout de suite : je ne suis pas une fada du ménage, c’est pas comme si j’avais besoin d’acheter des lingettes tous les mois. Ça fait 3 ans que je devais en acheter, je n’allais pas attendre 2019 quand même?
  • Une petite plante sur un coup de tête.
  • Des marqueurs. Un enfant est venu sonner à ma porte. Avec son air suppliant il m’a demandé de participer à l’action menée par son école en faveur de la fondation Père Damien. Qu’est-ce que tu veux que je fasse? J’ai bien failli lui dire non, mais j’habite un tout petit village, ma réputation aurait été faite, déjà que je ne participe pas à la fête au cochon… J’ai voulu me cacher mais il y a des baies vitrées chez moi, j’étais démasquée.
  • Le magasine Flow. Parce que j’aime bien, parce que c’est un petit peu comme de la nourriture sucrée pour mon esprit fatigué après une ardente journée de travail. Et la nourriture on peut acheter neuf.

Je me suis amusée à lister les prix des affaires achetées en occasion et à comparer avec ce que j’aurai plus ou moins payé en neuf.
J’ai économisé +250€. Cela fait réfléchir. Bien sur certains achats n’étaient pas indispensables. Les peluches par exemples (50 cents), le miroir (5€) ou l’étagère (1€). Mais c’est cela qui est bien avec l’occasion, on peut se faire ou faire plaisir sans se ruiner.

Voilà pour janvier. Et toi, ça te dit d’y participer ?

Des cadeaux faits-maison et Zéro Déchet

Des cadeaux faits-maison et Zéro Déchet

Maintenant que Noël est bel et bien passé, je peux montrer les cadeaux que j’ai réalisés. La créativité est partout 😉 et internet est une mine d’or en tutos et idées. J’ai privilégié des cadeaux Zéro Déchet. C’est un peu difficile d’offrir ce que l’on a fait car on ne sait jamais comment sera reçu le cadeau! Je m’y suis prise (encore une fois) super tard pour ce dernier Noël, mais j’y ai pris tellement de plaisir qu’une chose est sure… je remets ça pour Noël prochain et en m’y prenant à l’avance cette fois!! De plus je participe au défi “rien de neuf en 2018” (sans me mettre la pression, cela va de soi…), j’ai toute l’année pour m’entrainer.

J’ai bien sûr offert des torchons illustrés que la société Torchons et Bouchons m’a commandé. Je les replie à l’envers et hop, le cadeau devient l’emballage! J’y ai rajouté une petite étiquette cadeau fournie dans un ancien magasine Flow. Le savon à côté,j’en suis très fière 🙂 C’est mon premier savon fait maison. Bon ok, c’est plus ma voisine qui l’a fait devant moi mais j’ai participé à sa fabrication. Je remercie d’ailleurs mon ancienne voisine pour la démo! C’est un savon à l’huile et au lait de coco.

J’avais en stock des t-shirt récupérés de toutes les couleurs, différents tissus, ainsi qu’une bobine de fil jersey violet. J’en ai fait des colliers…beaucoup en fait car c’est très ludique à faire!

J’en ai gardé quelques uns pour moi. Je reviendrai sûrement sur la façon de faire dans un prochain article.

Tout est de récup! Des lingettes faites maison, une éponge tawashi, plus pour montrer les alternatives écologiques aux éponges que pour l’objet en lui même (en plus c’est ma fille qui l’a faite), un emballage récup, des étoiles découpées dans un ancien livre.

Après les colliers je me suis mise à fabriquer des petits macramés pour plantes.

C’est ultra facile, ultra mignon! Pour la plante : un bocal, de la peinture et du papier récupéré, le tour est joué.

Encore un emballage tout en récup!

Geste écolo 105 :  le déo fait maison

Geste écolo 105 : le déo fait maison

Cela fait plusieurs mois que je fabrique mon déo. j’ai mis longtemps à passer le cap et pourtant, c’est une recette simplissime pour  une efficacité top!

J’utilise cette recette en divisant par deux la quantité des ingrédients. Et je remplace l’HE {huile essentielle} de lavande par de la menthe poivrée. Avec ce petit pot, j’en ai pour un peu plus de 2 mois.

Par contre ce déo, n’est pas un anti-transpirant!

Geste écolo 104 :  éponge tawashi

Geste écolo 104 : éponge tawashi

Il n’y a plus d’éponge achetée en commerce chez nous! Je les fabrique avec des vêtements usés. Maintenant je ne râle plus quand mes filles font des trous dans leurs collants ;-). Nous avons quand même gardé les éponges metalliques pour les plats encrassés. Pour ce qui est de la vaisselle classique et nettoyage de table, c’est Tawashi maintenant!!

C’est hyper simple à faire, le plus difficile étant, encore une fois de s’y mettre. Nous en avons une dizaine car il faut les laver régulièrement. Pour le lavage, je conseille de les mettre dans un petit filet.

Pin It on Pinterest