Atelier gîtes à insectes

Atelier gîtes à insectes

J’ai participé à un atelier “Gîtes à insectes” avec l’association Les vies dansent. Nous avons fait le tour des petites bébêtes bien utiles pour le potager, et pour la vie toute entière. Parmi ces insectes, il y a les pollinisateurs. Sans pollinisateurs, plus de pollinisation, plus de fleurs, plus de légumes, plus de fruits. Bam!

Comme pour les oiseaux, mettre à disposition des endroits où ils vont pouvoir pondre est indispensable. Et comme pour les oiseaux, les insectes se débrouillent très bien sans nous. Mais comme pour les oiseaux, les humains réduisent de plus en plus les zones d’habitat des animaux.

Quelques petites bébêtes bien utiles

La coccinelle

La petite bête à bonDieu est très utile au jardin, elle mange les pucerons, une vraie prédatrice! Certaines coccinelles mangent même l’oïdum, les cochenilles.
La femelle peut pondre jusqu’à 400 œufs!

La coccinelle asiatique a été importée en masse pour lutter contre les pucerons. Hélas, elle est maintenant ingérable et prend la place des coccinelles endémiques.

La chrysope

Petit insecte très délicat avec ses ailes ovales translucides, il est également appelé “la demoiselle aux yeux d’or”. Mais attention, il est très vorace de pucerons et d’acariens. Non seulement, il nous débarrasse de ceux-ci, mais en plus il va de fleurs en fleurs pour se sustenter, tout en les pollinisant.

Le pince-oreille

Pince-moi si je rêve!  Il est tout gentil et jamais il ne viendra se glisser dans votre oreille pour vous pincer. Il viendra manger les nuisibles tels que les pucerons, les psylles. Il mange également les végétaux en décomposition.

L’osmie

10 mois d’hibernation pour cette petite abeille! Elle n’a plus beaucoup d’abri naturel la pauvre. C’est une abeille solitaire, elle ne vit pas en ruche et ne produit pas de miel. Les deux petits mois où elle n’hiberne pas, elle cherche un endroit où pondre ses oeufs. Elle aime beaucoup les petites cavités. Et sinon, elle butine butine butine tout en pollinisant. Et elle a un super pouvoir… elle peut choisir le sexe de son bébé!

Les gîtes

Chaque insecte a sa particularité et a donc besoin d’un abri particulier. Les grands hôtels à insectes, qui sont très esthétiques dans les jardins, ne sont pas forcément une bonne idée, car tous les insectes n’aiment pas cohabiter.

Avec ma fille, nous avons réalisé 2 gîtes: un pour les coccinelles, un autre pour les osmies.

Celui pour les coccinelles, ce n’était pas une partie de rigolade à faire! Franchement, ma fille a choisi le plus difficile pour commencer. Si les différentes parties sont censées être parallèles, sur le nôtre c’est un peu l’anarchie. Qu’importe, il y aura bien une partie qui sera utilisable!

Le deuxième est réalisé pour les osmies, qui vont pondre une rangée d’œufs et boucher les cavités. Près de chez moi, des petits hôtels à insectes ont été installés l’année dernière. On peut voir qu’une partie des trous a été rebouchée. D’ici quelques temps, dès mars, des bébés osmies (déjà grands) vont sortir et s’en donner à cœur joie.

J’attends que les tempêtes du week-end finissent pour les installer dans le jardin (plein sud).

Le gite le plus facile à réaliser et à la portée de tous:  laisser un tas de petits branchages, de feuilles et d’herbes. Toutes sortes d’insectes peuvent venir s’y réfugier.

Stop aux pelouses et bordures impeccables sans vie!

Atelier nichoir

Atelier nichoir

Le week-end passé, ma fille et moi avons participé à un atelier nichoir. Cela fait longtemps que je souhaitais faire un petit abri pour les oiseaux et rien de tel que de le réaliser en groupe (comme pour les recettes zéro déchet). Ces ateliers permettent de donner l’impulsion. Si j’avais plus d’arbres dans notre jardin*, je crois que j’en mettrais partout !

Pourquoi installer un nichoir ?

C’est vrai ça, pourquoi installer des nichoirs alors que les oiseaux se débrouillent très bien sans nous ? Disons que c’est un peu… pour rattraper le coup… à cause de l’activité humaine, les oiseaux peinent à trouver des lieux de nidification dans le milieu naturel. Il y a de moins en moins d’arbres creux, de haies, d’arbres tout simplement.

L’atelier

Cet atelier était organisé par “les vies dansent“. Je les connais bien, dès que tu t’intéresses à ce genre d’ateliers, tu rencontres pleins de gens fantastiques avec qui tu ne peux que sympathiser!

Dans un premier temps, nous avons eu la théorie:

  • les différentes espèces locales les plus fréquentes
  • leur nidification, les différents nichoirs (en hauteur, dans les haies, dans un nichoir ouvert ou fermé, en solitaire ou en groupe)
  • leur chant (je dois faire des progrès sur ce point…)

Ensuite, nous sommes passés à la pratique.

Des kits des nichoirs étaient déjà préparés, les planches découpées! Heureusement car nous y aurions passé la journée. J’ai bien louché sur l’énorme nichoir à moineaux. En effet les moineaux vivent en groupe dans des grands nichoirs compartimentés. Cela peut faire penser à un immeuble à appartements, moi, j’ai pensé à un habitat groupé et ça m’a plu. Mais où l’installer dans notre jardin?

Merci à l’association d’avoir préparé toutes les planches!! (photo Les vies dansent)

Ma fille voulait celui du rouge-gorge mais il faut le mettre dans une haie. J’ai planté une haie défensive en mars dernier. J’y mets beaucoup d’espoir (je l’encourage énormément) mais cela va être un peu juste pour cette année…

Finalement, nous avons choisi le plus courant: le nichoir à mésanges. Nous avons pas mal de mésanges dans le jardin (enfin… moins que la première année je trouve). Et cet automne elles se sont régalées avec les graines des tournesols que j’avais laissées en place. Et je ne me lasse pas de les observer.

La mésange est un oiseau cavernicole (+10 points si tu arrives à placer ce mot dans une conversation), il lui faut donc un nichoir fermé et profond. Il n’y a plus beaucoup de cavités actuellement (vieux arbres, ruines…).

Construction

C’est parti pour la construction. Et tap tap tap. Et comme ma fille voulait tout faire toute seule c’était tap tap tap X 25 vu que 3 fois sur 4 le marteau tapait à côté du clou et que, bien qu’elle tapait de toutes ses petites forces, le clou mettait bien longtemps à s’enfoncer dans le bois. J’ai aussi eu très peur pour mes doigts, mais j’ai le sens du sacrifice en tant que mère presque parfaite.

Je précise que c’est un atelier à éviter les lendemains de guindaille ou les matins de migraine.
Mais quelle fierté une fois les planches assemblées! Je ne sais pas qui d’elle ou de moi était la plus fière!

photo Les vies dansent

J’ai fait les finitions à la maison et passé une couche d’huile de lin pour protéger le nichoir. Nous l’avons placé ce week-end. C’est le moment, les mésanges cherchent un endroit où s’installer. Après la mi-février, c’est un peu tard pour installer un nichoir.

Installer le nichoir

Nous n’avons pas de gros arbres dans notre jardin mais chez le voisin il y en a un magnifique qui borde notre terrain.

Idéalement, le nichoir doit être installé en hauteur, direction sud-est. Après tu fais ce que tu peux avec ce que tu as. Si à la fin de la saison le nichoir est resté vide, il faut envisager de le changer de place. Si tu le places sur un mur, visse une planche à l’arrière qui dépassera en haut et en bas, et visse cette planche sur le mur. Si tu le places sur un arbre, accroche le nichoir avec une chambre à air par exemple autour de la branche ou du tronc pour ne pas blesser l’arbre. Le nichoir doit être légèrement incliné vers l’avant pour laisser l’eau s’écouler s’il y a une infiltration (et là j’ai l’image des infiltrations dans notre maison et de notre entrepreneur mettant du silicone partout, mais je m’égare, je m’égare…)

Deuxième nichoir!

J’ai même eu le temps d’expérimenter le tressage pour la fabrication d’un nichoir à caler dans une haie. Donc voilà toujours ce problème de haie. Nous avons bien des lauriers devant, mais j’ai un peu peur que les chats fassent des ravages… Donc je verrai où l’installer plus tard. J’ai eu la structure et je l’ai finie seule, ma fille ayant disparue quelque part près de la table où se trouvait un cheese-cake au spéculoos.

C’était une première expérience de tressage et disons que… c’était du tressage sauvage, voilà sauvage, le mot convient très bien. J’imagine déjà au printemps prochain les oiseaux se moquant allègrement de ma réalisation. Finalement après un rattrapage au fil de fer (comment ça les oiseaux n’utilisent pas de fil de fer?), le tout a retrouvé une forme présentable.

Je vais le finir en ajoutant de la mousse et de la paille.

Pour aller plus loin

Le prochain atelier sera sur les hôtels à insectes! Je te raconterai!

 *je reviendrai sur les arbres de notre jardin une prochaine fois.

Lettre d’info 2020

Toutes les 3 semaines reçois mes actualités, mes nouveautés mais aussi une fiche illustrée sur un geste écolo à mettre en pratique rapidement et facilement!

Geste écolo 115 : la cup

Geste écolo 115 : la cup

Voilààà j’y suis ! Je ne voulais pas spécialement parler de la cup car c’est assez intime non ? Et puis zut, après le pipi sous la douche controversé qu’est-ce que je crains ?

Ça fait plus d’un mois que l’article est en brouillon, c’est vraiment réfléchi !!

J’ai utilisé la cup avant d’avoir des enfants et puis… un peu après. Et là, misère, ça fuyait. Diagnostic : ma cup ne me convenait plus. Après deux accouchements par voie basse le taux d’élasticité de mon vagin est considéré comme “moyen” par les fournisseurs de cup !! Je ne fais que recopier ce qu’ils disent. Pas de panique, c’est normal. Mais j’ai donc mis quelques années pour accepter le fait que je devais passer à la taille au-dessus. Je t’entends ricaner d’ici. Rigole pas trop, tu verras, quand ça t’arrivera…

La prochaine phase, c’est la ménopause, mais j’ai encore un peu de temps à fêter joyeusement et mensuellement le fait d’être une femme ! Quand on sait qu”une femme jette en moyenne à la poubelle, et dans sa vie, entre 100 et 150kg de serviettes, tampons et applicateurs“… ça fait réfléchir.

Depuis plusieurs mois, je suis à 95% en réutilisable (cup + serviettes hygiéniques lavables). Oui, même pendant les vacances ! S’il m’arrive de faire un écart de temps en temps, je n’en suis pas malade, je l’accepte c’est tout.

La recette du burger végétarien rapide à faire

La recette du burger végétarien rapide à faire

J’avais déjà illustré cette recette il y a des années mais je l’ai refaite version 2019 pour un devis. Alors tant qu’à faire, je la partage ici :-). Voici la recette du burger végétarien version “express”!

C’est une recette hyper facile et rapide à réaliser. Le top est d’augmenter les proportions pour en faire beaucoup beaucoup et les congeler.

Conseils préparation

  • Avant je ne mettais pas de lait, mais en rajoutant un peu de lait au mélange, le tout est beaucoup plus moelleux.
  • C’est une recette de base, on peux y mettre des restes de légumes cuits à la place de la carotte, des oignons,  avec ou sans fromage. Si j’utilise des reste, je mets tout dans le mixer.
  • Si ton mélange est trop liquide, tu peux ajouter de la farine.

Conseils cuisson

  • Pour cuire dans une poêle en inox, et éviter que cela colle, bien faire chauffer l’huile avant de placer la nourriture.
  • Pour éviter de démolir le burger quand tu le retournes, cuire à feu doux bien longtemps sans y toucher, le temps que la partie en dessous se “solidifie”. Retourner avec une spatule métallique (sauf si ta poêle a du téflon) glissée en dessous.
  • Autre moyen de cuisson : 20 min au four, pas besoin de retourner.

Conseils congélation

Tu peux congeler les burgers, pour cela,  bien les étaler sur une feuille de papier cuisson. Une fois congelés, tu les mets dans un récipient (boite ou bocal). Ainsi, tu pourras les prendre un à un très facilement, ils ne seront pas collés.

Bon appétit!

 

Geste écolo 114 : le masque anti-poux

Geste écolo 114 : le masque anti-poux

Ils sont là! Les pouuuuux au secours!

Jusqu’ici mes filles sont passées au travers et je me disais chouette, ce ne sont pas des têtes à poux, on va être relax de ce côté. Que nenni! Depuis un an, ils reviennent régulièrement. J’ai la chance d’avoir des enfants dans des écoles différentes, ce qui fait 2 fois plus de chances d’en avoir! J’ai aussi la chance (pour de vrai cette fois) d’avoir des enfants très câlines, ce qui fait qu’elles me les refilent allègrement. Merci, fallait pas.

Il existe toute une gamme de produits anti-poux sur le marché, mais peu de produits sont vraiment naturels, je ne parle même pas des produits avec des insecticides. Il m’est arrivé d’en mettre, en me disant que c’était exceptionnel… mais non, ça devient assez récurrent. Je ne veux pas mettre de produits cracra sur le crane de mes filles, là tout près de leur nez, yeux et juste au dessus de leur cerveau. Pas régulièrement. Et le prix… tu as vu le prix des produits? Entre 15 et 20€ le flacon… Les poux se moquent des revenus de chacun, l’industrie pharmaceutique aussi. Je serais curieuse de savoir le coût réel de fabrication par litre des produits.
Et j’ai un message aussi pour les fabricants : arrêtez de mettre des peignes systématiquement avec les flacons!!! C’est si difficile de le donner sur demande?

Alors moi j’ai une recette (enfin moi… je ne suis pas la seule!), plus naturelle et moins chère. Bon certes, c’est plus long, ça sent plus et ça mousse moins mais c’est tout autant efficace que les autres produits. Alors, soyons honnêtes, les poux reviennent mais ils reviennent aussi avec les produits caca beurk. Dès qu’il y a des enfants, il y a des poux.

la recette

Je fais toujours un peu au pif (faut pas se mettre trop de contraintes dans la vie). Les doses sont à adapter en fonction de la longueur des cheveux.

  • 3 c.à soupe d’huile de coco
  • 2 c. à soupe d’huile de neem
  • 5 gouttes d’huile essentielle Lavande fine
  • 5 gouttes d’ huile essentielle Tea tree

L’huile de coco et l’huile de neem on la même consistance : à température ambiante, elles sont un peu, voire complètement solides. Il faut les chauffer doucement au bain-marie.
J’applique le mélange sur la tête et je laisse minimum 1h. Certain.e.s diront qu’il faut laisser beaucoup plus longtemps, mais moi, franchement, avec mes filles, j’y arrive pas! Au début je préparais beaucoup d’huile, maintenant, j’ai divisé par 3 la quantité. Les cheveux ne sont pas imbibés d’huile mais enrobés, c’est aussi efficace.

Passer méticuleusement le peigne à poux trempé régulièrement dans du vinaigre. Essuyer avec un tissus (moi je prend du papier toilette, je me suis donnée le droit d’utiliser du jetable pour cette situation ;-)).
Laver, bien laver, genre 2 fois, tant pis pour le nopoo.

Tu peux aussi retrouver la recette et l’explication de la famille presque Zéro déchet.

Et puis après, il n’y a pas de secret. S’il y a attaque de poux, recommencer 3 jours après (bon courage) et le faire régulièrement en prévention (bon courage aussi). Je passe le peigne matin et soir aussi pour couper l’herbe sous les pattes du pou qui voudrait s’installer…

Sur l’image j’ai représenté ma fille sereine et heureuse… Evidemment, ce n’est pas du tout comme cela que ça se passe dans la vraie vie, c’est plutôt tirage de tête et grimaces. Comme tout le monde non?

Questionnaire sur les gestes écolos

Questionnaire sur les gestes écolos

Depuis plus d’un mois, je travaille uniquement à mon compte! Depuis plus d’un mois, j’enchaîne les contacts et les démarches. J’ai le temps de me consacrer à la mise en place des projets qui me tiennent à cœur. En voici un.

J’ai comme envie/projet de diffuser mes illustrations sur la thématique des gestes écolos sur différents supports (utiles, écologiques et éthiques)!

les gestes écolos - Marina Le Floch
Un exemple de sac qui pourrait être proposé à la vente.

Pour cela, j’ai réalisé un questionnaire en ligne qui m’aidera à développer (une partie) de mon projet. Mais avant d’imprimer ou de réaliser quoi que se soit, j’ai besoin de savoir ce que vous avez envie (ou pas). Ce serait un comble que je gaspille non? J’ai besoin d’environ 300 réponses pour pouvoir dégager des idées et des actions à mettre en place. Vous pouvez également me faire des suggestions.
Ensuite je me mettrai à la recherche de fournisseurs éthiques, écologiques et durables. Je veux veux bien des pistes car des fournisseurs, il y en a, mais avec ces 3 critères (et des fournisseurs locaux si possible) le choix diminue! Loin de moi l’idée de promouvoir l’hyper consommation. Je souhaite vraiment trouver un équilibre entre le message véhiculé et les objets proposés. Par exemple trouver des produits qui permettent de réduire ses déchets (gourdes) ou proposer des alternatives (affiche de recette zéro déchet, carte anniversaire pour offrir un cadeau immatériel)…

Répondre à ce questionnaire te prendra moins de 3 minutes et sera pour moi d’une grande aide !


Merci pour ton aide !!

Pin It on Pinterest