Mais en fait, tu fais quoi?

Mais en fait, tu fais quoi?

On me demande souvent ce que je fais exactement. Ce n’est pas forcément évident puisque ce que je fais est très varié et touche plusieurs domaines !

Voici donc un explicatif du travail que je réalise. Tout ceci n’est pas figé, bien évidemment!

Je fournis un service d’illustration et de graphisme, ensemble ou séparément.

Je travaille essentiellement pour l’impression papier. Ces projets peuvent bien entendus être diffusés sur le web mais je ne suis pas webdesigner ou webmaster. En effet, je ne fais pas de sites internet, que ce soit au niveau technique ou au niveau graphique.

 

Illustration

Je traduis des concepts, des valeurs, des situations, des informations sous forme d’illustration. C’est bien ma spécialité. J’ai travaillé en tant qu’employée plus de 10 ans à créer des outils pédagogiques pour des publics ne sachant peu ou pas lire le français. Je dessine de façon à ce que les messages soient compris par un plus grand nombre de personnes possible, en faisant très attention à la façon dont les illustrations pourraient être interprétées. Parfois, il faut recommencer jusqu’à la bonne représentation pour qu’elle soit la plus universelle possible.

Ces illustrations peuvent se retrouver dans :

  • un livret de recettes;
  • un photolangage © pour inciter la parole;
  • une affiche pour expliquer un concept technique ou une procédure administrative;

Mais je réalise aussi des illustrations pour accompagner des articles, des campagnes de promotion d’évènements

Enfin, j’adore répondre à des demandes de particulier·e·s pour créer une illustration pour un faire-part de naissance, de mariage, une annonce

Mon style d’illustration est principalement en ligne claire et en aplats de couleur. Mais rien n’est figé.

Je réalise également des illustrations plus techniques, plus didactiques, comme des schémas par exemple.

Exemple d'illustration pour des fiches explicatives
Exemples d'illustrations pour un article pour le pélerin magazine

En graphisme

Le graphisme est une discipline qui consiste à créer, choisir et utiliser des éléments graphiques (dessins, caractères typographiques, photos, couleurs, etc.) pour élaborer un objet de communication et/ou de culture. C’est une manière de représenter. Chacun des éléments est symbolique et signifiant dans la conception du projet, selon les axes définis éventuellement avec d’autres intervenants du domaine de la communication, dans le but de promouvoir, d’informer ou d’instruire. (Wikipédia)

Et donc concrètement, ça donne quoi?

des supports de communication

Je reçois un texte, une idée, un projet et mon job est de le retranscrire sur des supports de communication, de lecture de façon la plus percutante/harmonieuse/lisible possible. Bref, donner envie de voir, regarder ou de lire. C’est un travail hyper varié puisqu’il peut s’agir de :

  • mettre en forme un outil pédagogique pour lequel j’ai réalisé des illustrations ;
  • réaliser une affiche, un dépliant, un folder ;
  • travailler uniquement avec des textes pour un rapport, une étude…
L'alimentation c'est aussi... illustration et mise en page
Affiche illustration et mise en page

Des identités visuelles

De plus, je m’occupe également de tout l’aspect graphique d’une nouvelle entreprise, d’un·e indépendant·e ou d’un projet. Ce qui peut passer par  la réalisation :

  • d’un logo ;
  • de la recherche des couleurs, des typos adéquates…
  • de cartes de visites, d’un modèle de lettre, d’images pour les réseaux sociaux ;
  • d’une charte graphique (du modèle simple au modèle très détaillé) reprenant les différents éléments graphiques et leurs utilisations.
Planche de style pour un livret de recettes

Un accompagnement

Je suis très à l’écoute du de la client·e, j’aime partager mes expériences et je suis très consciente qu’on ne peut pas tout savoir. J’aime conseiller sur la manière de faire, de procéder, j’aime que les gens comprennent ce qu’ils font.

D’une part, je propose d’accompagner en indiquant des directions, en donnant des conseils : comment demander des prix, quels éléments sont particulièrement importants, relecture graphique…

D’autre part je peux prendre en charge différents aspects du projet liés à la communication : recherche de prix pour l’impression, suivit de l’impression, recherche de supports…

Voilà les principales facettes de mon activité professionnelle.

La prochaine fois, j’expliquerai les à-côtés de mon activité, qui sont tout aussi importants et surtout extrêmement complémentaires !

Confinement –  début, pendant, après

Confinement – début, pendant, après

Début

Les deux premières semaines de confinement, je n’ai pas réussi à bosser. Juste à finaliser quelques projets que j’avais en route. Je n’arrivais pas à réfléchir car je ne voyais pas de sens à mon travail. En même temps, j’étais tétanisée car je me voyais mal arrêter tout ce que j’ai entrepris.

Une de mes filles, dès le premier jour du confinement, a commencé à tousser. Beaucoup. Toutes les nuits. Allergie au pollen. Moi j’ai un problème à l’épaule qui me fait très mal. J’ai dû attendre le déconfinement pour avoir un examen médical: tendinite. Je n’ai pas fait une seule bonne nuit depuis début mars. Mon rythme est totalement décalé.

De plus, comme tout le monde, il faut une sacrée organisation quand on a les enfants à la maison et qu’on nous demande d’assurer leur scolarité tout en continuant à travailler…!

Pendant

Au bout de deux semaines, je me suis dit qu’il fallait y croire, continuer à bosser. Mais pas n’importe comment.  J’ai passé beaucoup de temps au potager, à observer notre jardin. Personne ne m’avait prévenu que c’était si addictif que de faire son potager! Quand j’ai repiqué mes semis, le matin je sortais en pyjama, tasse de café à la main pour savoir s’ils avaient passé une bonne nuit. Avant même de dire bonjour à mes enfants.

Et j’ai beaucoup réfléchi dans ce potager!

Au fur et à mesure que les jours passaient, entre la colère et la déception de la gestion de la crise par les gouvernements, j’ai affiné, dans mon coin, le pourquoi de mon travail.

J’ai repris du poil de la bête, j’ai travaillé ma communication, contacté plusieurs personnes, fixé des objectifs, planifié, organisé, tenté de canaliser les 100 idées qui me viennent en tête à la minute!

Après

Aujourd’hui, rien ne change par rapport au mois passé. Nous devons toujours assurer école à la maison et travail professionnel. Nous ne nous sommes pas précipités dans les magasins car nous n’y allons jamais de bon cœur et consommons peu.

Aujourd’hui, je crois que mon mode de vie sera encore plus réfléchi, recentré sur le local, l’ultralocal même. On a vu comment tout pouvait s’arrêter du jour au lendemain, alors je crois qu’aujourd’hui plus qu’hier il faut vivre ses envies, ses rêves et faire de son mieux.

Nous sommes beaucoup à vouloir des changements, à vouloir nous reconnecter avec la nature, à retrouver du sens à ce que l’on fait. On se regroupera et on avancera, d’une manière ou d’une autre.

Si tu fais partie de ces entreprises, de ces personnes qui s’engagent professionnellement pour un monde plus durable et plus humain, si tu as besoin de communiquer sur ton projet avec des illustrations, je t’invite à me contacter par mail ou par téléphone. Nous discuterons de ton projet.

Je continue à travailler la présentation de mon travail. Tu peux voir dans le menu “réalisations” deux catégories: Illustrations et Supports de communication. J’ai regroupé les réalisations par style de  supports de communication pour que ce soit plus clair.  Comme mes projets évoluent, grandissent, je suis également en train de penser à une autre présentation des illustrations.

Bonne journée!

Bilan d’un an d’entrepreneuriat

Bilan d’un an d’entrepreneuriat

J’avais hâte de faire un bilan de ma première année d’entrepreneuriat ! Hé ben mon lapin, ça commence à partir en cacahuète!

Comment diantre faire un bilan actuellement?  Alors que la situation future est plus qu’incertaine. Je ne vais pas revenir sur ma situation financière, j’y reviendrai quand j’arriverai à me verser un salaire décent. J’y travaille!

Tous les matins depuis un mois je me réveille en me demandant si j’arrête les frais, si je lâche tout, si je cours m’inscrire au chômage ou si je tiens encore un peu, encore un mois, encore un an. C’est tellement brouillon dans ma tête, tellement confus que je n’arrive pas à faire un bilan de l’année écoulée. Paye ton titre accrocheur!
Non, je préfère revenir sur ce que j’ai appris, et finalement, c’est un peu comme un bilan (en mieux).

Il fallait que je sois dans le bain pour m’y frotter et avancer. Si mon expérience permet à d’autres d’avancer plus rapidement, tant mieux.

Je sais rédiger des devis

A chaque nouveau devis que je rédigeais j’avais l’impression que c’était le bon. Donc je l’enregistrais comme modèle. Mais au suivant, je changeais encore.
J’ai maintenant, un vrai modèle que je peux adapter. Dans un premier temps je suis partie de celui d’Elodie que tu peux avoir en t’inscrivant à sa fabuleuse lettre d’info. Et puis je l’ai changé au fur et à mesure. Idem pour mes factures.

J’y ai rajouté une page indispensable de conditions générales de vente (CGV) que je joins à chaque devis. Sans CGV, c’est un peu comme faire un saut en parachute sans vraiment vérifier son parachute. On croise les doigts, tant qu’il n’y a pas de soucis, ça va.

Ça fait un peu psychorigide les mentions légales, mais on n’est plus dans le bac à sable, on est entre pros. Donc, ça fait pro.

Je ne commence plus le travail sans signature de devis

Oui c’est la base tu me diras. Mais je fais tellement confiance dans les gens! Après un accord oral ou un simple mail de confirmation, je me dis que je vais commencer, comme cela, je vais bien gérer mon temps. Je vais prendre un peu d’avance, pour éviter de me retrouver dans le stress. Le travail sera fini dans les temps, tout le monde sera content et tout ira à merveille. Quelle erreur!

Voilà. Maintenant c’est fini. Après avoir eu plusieurs fois le cas de désistements ou de potentiels clients devenus subitement muets, j’ai décidé de ne plus commencer le travail tant que le contrat n’est pas signé et l’acompte versé. C’est marqué noir sur blanc dans mes CGV.
C’est difficile de prendre cette décision car je suis toujours dans le dialogue et que la confiance est une valeur importante pour moi, mais c’est une décision essentielle pour démarrer sur de bonnes bases.

Je dompte les différents droits

Oh my god, le truc que personne ne comprend, personne ne cerne, le truc que tout le monde interprète. Je sais quoi mentionner sur mes devis maintenant, je sais plus ou moins comment le calculer et comment le facturer. J’ai pu demander à des experts et je me suis rendu compte que le droit d’auteur restait parfois flou, même pour eux!

Je divise pour mieux régner

Avec ce titre de paragraphe, je veux dire que pour clarifier mon offre, j’ai dû la scinder. Je fais de l’illustration, du graphisme et de la peinture. Je veux faire chaque activité de façon professionnelle. Hors de question de garder la peinture comme un loisir. J’ai 42 ans j’assume ! Mes 2 univers (illustratif et artistique) étant différents, je les ai scindés. J’avais peur de m’éparpiller davantage mais en fait, ma communication s’en trouve plus claire. Je ne touche pas les mêmes personnes mêmes si quelques une aiment autant mes illustrations que mes peintures.

Par contre ces deux activités font entièrement partie de ma personnalité et se rejoindront sûrement par moments.

Maintenant, je me rends compte qu’entre l’illustration et le graphisme, ce n’est pas tout le temps clair non plus, je ne m’adresse pas forcément aux mêmes personnes. Il me reste encore ici un travail de communication à faire.

Je cible

Dans mon activité d’illustratrice, par mon style, je cible mes client·e·s. J’ai appris à les définir, à imaginer mon client idéal comme on dit. C’est difficile de cibler quand on veut faire beaucoup de choses différentes. Mais j’ai aussi appris à cibler sans fermer la porte!

Donc mon client idéal (toi peut-être) le voici :

J’aide les entreprises ou associations actives dans les secteurs de l’écologie, du social, du bien-être à la réalisation graphique de leurs projets afin de mettre en valeur leur offre, d’adapter ou d’accompagner visuellement les textes pour en faciliter la compréhension.

Mais je ne ferme pas à la porte à:

  • l’édition: je souhaite toujours illustrer pour des magazines, des livres, des articles en lien avec l’écologie, le féminisme, le social, pour des livres scolaires, des albums jeunesse
  • la communication d’évènements culturels
  • la réalisation de faire-part pour les particulier·e·s
  • la diffusion des gestes écolos sur différents supports

Je sais que pour me faire voir, il faut que je me montre

Voilà, tout est dit dans le ce titre. En restant planqué·e, personne ne te voit, en te montrant, on te voit. C’est d’une telle logique et pourtant ce n’est pas facile à faire!  Depuis le début de l’année, je contacte des personnes, je me montre, je diffuse. J’ai fait des erreurs, mais je m’améliore. J’ai envoyé des books qui au final ne représentaient pas le travail que je souhaitais réaliser. J’ai envoyé des mails avec des fautes dedans (misère…) que j’ai corrigées par la suite.

J’ai également commencé à réseauter, et découvert que j’avais beaucoup d’idées reçues sur ce qu’était le réseautage. J’y reviendrai certainement.

Pour conclure

Ces mois passés, je me suis retrouvée devant une montagne de problèmes complexes à résoudre d’un point de vue organisation, administratif, législatif. Tous ne sont pas résolus mais j’avance. Toutes ces difficultés mettent à mal la pratique et la création. Comment rester sereine face à tant de tracas administratifs?

Mais surtout, actuellement, avec cette crise, comment planifier, comment prévoir? Comment se concentrer sur son travail quand on est très inquiet·ète pour ses proches? Comment rester confiant·e alors que depuis le début du confinement le travail devient de plus en plus rare? Comment envisager l’avenir quand on veut que rien ne redevienne comme avant?

Aujourd’hui je continue mon activité en écartant régulièrement les pensées sombres et d’échecs. Je veux faire mon maximum pour réussir. Je m’en voudrais de ne pas avoir tout tenté.  Je m’étais donné un an pour réussir, je vais m’en donner deux (et faire mon potager).

Ce confinement me permet de me poser encore plus de questions sur ce qui je veux faire et surtout, pour qui, pourquoi et comment je veux le faire.

Réinventer et continuer

Réinventer et continuer

 Ce blog ne veut décidément pas prendre la tournure que j’avais imaginée ! Le site en entier se transforme. Je peine à rédiger un article pas semaine, la lettre d’info qui devait partir toutes les 3 semaines, commence à partir toutes les 4 semaines et j’ai supprimé tout ce qui concerne la peinture de ce site. Les articles aussi vont disparaitre. Disparaitre n’est pas le terme exact, ils vont déménager en fait.

Si tu me suis sur les réseaux sociaux et/ou que tu es abonné·e à ma lettre d’info, tu as lu que je sépare ce qui est peinture de ce qui est illustration et graphisme. Et c’est donc, 2 comptes Instagram, 2 pages Facebook et tout bientôt 2 sites à gerer.

Et du coup, je passe plus de temps devant mon ordinateur. Et ce n’était pas prévu au programme. Enfin bon soit, j’espère que c’est temporaire parce que je compte bien passer du temps au potager cette année ! Et réussir à cultiver 2 ou 3 trucs mangeables !!

Il n’y pas que le site qui change, un de mes projets aussi. Malheureusement, pour une raison X et Y (et surement Z), mon éditrice m’a fait savoir que mon prochain livre ne sera pas publié. En tout cas, pas chez Larousse. Il m’a fallu quelques jours pour digérer la nouvelle (je demande pardon aux occupant·e·s de mon foyer pour mon humeur exécrable et mon stress). Ça a quand même été le coup de grâce après quelques jours pourris et une succession de réponses négatives suite à des devis.

Je ne m’en plains pas, je savais que ça allait être difficile.

Je n’ai même pas envie de revenir sur cette mauvaise nouvelle. Je ne veux blâmer personne et je suis certaine que tout cela mènera quand même à quelque chose. Ce qui est positif là-dedans, si le livre ne voit jamais le jour, c’est que j’ai une centaine d’articles prêts pour le blog, ben oui, au final, j’avais bien avancé ces derniers temps !

Et du coup, ça me laisse beaucoup plus de temps pour la prospection, et pour faire d’autres devis.

P O S I T I V O N S

Foire du livre de Bruxelles

Et c’est donc avec un sentiment mi-figue mi-raisin que je participerai à la foire du livre de Bruxelles. Normalement, elle ne devrait pas être annulée ! C’est questionnant quand même, en France le salon du livre est annulé mais pas en Belgique. Serions-nous plus résistants dans ce petit royaume ?

Je serai en dédicace le samedi 7 mars de 10h à 12h
au stand Dilibel n°111-112

Avec mon livre “100 gestes écolos qui vont changer le monde”
Welcome !!

Je serai ravie de rencontrer des lecteurs et des lectrices, de discuter et de leur faire des petits gribouillis dans leur livre ! Et à mon avis, je ne vais pas revenir les mains vides. Alors… à samedi ?

Les 3 objectifs de l’année

Les 3 objectifs de l’année

Pour continuer les articles de la catégorie “journal d’une entrepreneuse“, j’avais prévu d’écrire sur un sujet général à chaque fois, au lieu de raconter ma vie. Et je me suis rendue compte que je n’avais pas forcément la capacité, ni le temps de chercher les informations. Pour réussir à le faire, il faudrait que je prenne sur mon temps de sommeil. Et dans l’intérêt général de tous et toutes je vais garder mes heures de sommeil.

En fait, j’aime partager, et quand je fais des avancées, que j’apprends de nouvelles choses, j’aime diffuser. Mais pour l’instant, le moment n’est pas à ça. Toute mon énergie, pour ce qui est du boulot, je dois la mettre dans la recherche de clients et la réalisation des contrats.

Alors je vais continuer à écrire en mode bienvenue dans ma vie, mais pas systématiquement chaque mois.

Objectifs 2020

J’ai défini mes objectifs pour cette année, pour les 6 prochains mois en tout cas. Ils sont au nombre de 3, pas plus (en plus de trouver des contrats forcément). Je l’ai fait le mois passé mais c’est seulement en ayant les deux pieds en 2020 que ça se formalise clairement.

1 – Mettre en vente de façon claire mes créations originales sur le site et dans des points de vente

Pour internet, je dois un peu me plonger dans la technique et l’administratif. Donc apprendre à utiliser woocommerce, installer des moyens de paiements, faire mes conditions générales de vente, prévoir les envois, ect ect, la liste est longue et se rallonge tout le temps, elle semble élastique.

Pour les magasins, je prends des contacts, je me renseigne comment fonctionne le dépôt vente… Chaque nouvelle idée ouvre la boîte aux 10.000 questions. J’aimerais dans un premier temps mettre en dépôt des petites peintures.

2 – Me constituer un réseau, me faire connaitre

Alors ok, avoir un blog depuis + de 10 ans et avoir sorti un bouquin, tu sais quoi… ça ne suffit pas ! Ça y est, j’ai compris, il faut vraiment aller frapper aux portes et sortir de sa petite cabane du fond des bois (et pourtant j’y suis bien). Comme rien n’arrive pas hasard, j’ai rencontré une personne qui souhaitait créer un groupe d’entrepreneur·e·s, un groupe de discussion et surtout d’action! Nous avons fait notre première réunion, quelle énergie! Nous venons d’horizons différents, nos activités sont différentes mais il y a une synergie assez indescriptible pour l’instant. Cela fait vraiment du bien de discuter et de partager, c’est essentiel.

Et comme le chantait Mass Hysteria en 1997 (cela ne nous rajeunit pas…):

Donnez vous la peine, donnez!
De chercher, de renouveler sans cesse les émotions.
Pas de consensus
Le plus appelle le plus.

Mass Hysteria

Ne me remercie pas pour la référence, je t’en prie.

3 – Me concentrer sur l’écriture et l’illustration de mon prochain livre

Quoi??? Un prochain livre, et tu n’en parles pas?? Oui un prochain livre, et non je n’en parle pas encore car je suis hyper stressée car cette fois ci, j’ai une p***** de date limite et j’ai méchamment pas assez avancé!! Mais t’inquiète, j’en parlerai. Et tout va bien se passer, j’en suis certaine. 

Lecture et écoute

J’ai lu un super article où j’ai réalisé que dans mes prix, je compte mon temps de création et j’oublie tout le temps mon temps de suivi du projet, et c’est cela qui me donne l’impression de travailler looooogtemps! Kness préconise de rajouter 30% au temps de création. Cela peut paraitre beaucoup mais c’est tout à fait juste. Entre les envois de devis, les retours, les réponses aux mails, les ajustements, les petites surprises administratives, on y est.

Et je suis en train de re-lire le livre “Tu vas tout dé-chi-rer: Réveillez la badass qui sommeille en vous et transformez votre vie” de Jen Sincero, paye ton titre qui va te faire miroiter une vie excitante à souhait (en fait je lis 4 livres complètement différents en même temps, je frôle la schizophrénie). Je le lis une nouvelle fois car je l’ai vite lu la première fois, ben ouais j’avais vraiment envie de réveiller la badass en moi mais j’ai dû lire trop rapidement, parce qu’elle a du mal à émerger. Donc maintenant, je le lis calmement en prenant des notes. Bon le titre est ultra accrocheur (comme tous les titres de livre hein) mais le livre me plait bien. J’aime le côté cash et direct, elle jouait dans un groupe de rock, elle a écrit son livre de façon rock’n roll.

 

 

J’ai découvert un nouveau podcast: fait main: le podcast des loisirs créatifs. Mais pas que des loisirs créatifs, aussi de l’illustration. “Fait main”, ce sont des conversations avec des créatrices d’objets fait main. En tissu ou en papier; avec des ciseaux ou avec des pinceaux… Les créatrices nous expliquent leur passion, leur pratique créative, leurs projets. Qu’on soit créateur timide, amateur ou professionnel, ce partage d’expériences est passionnant et inspirant!. Et c’est bien. J’y apprends des petits astuces et j’adore écouter les diverses expériences.

Instagram

Je souhaite passer moins de temps sur les réseaux sociaux et j’ouvre un deuxième compte insta. N’importe quoi. Pas vraiment en fait. Instagram, c’est le réseau social par l’image. Tout doit tenir la route et être harmonieux. Je joue le jeu en ayant:

un compte pour mes illustrations et l’écologie

un autre pour mes créations artistiques

Et ça a l’air de beaucoup mieux fonctionner.  J’ai maintenant sur le premier, plus de visites de personnes interressées par l’écologie. Sur le deuxième par contre, j’ai un certain nombre d’abonnés de genre masculin aimant s’affiche à torse poil on the web! Les fameux comptes “abonne toi en retour”. Non merci. J’attends qu’ils se désabonnent naturellement.

Et voilà pour aujourd’hui! Donc ma super idée d’écrire sur un sujet déterminé par mois sur l’entreprenariat s’est transformée et c’est tant mieux. Travailler à son compte c’est vraiment aussi s’adapter, prévoir des trucs, voir que ça n’ira pas, revenir sur son idée, faire l’inverse.

2020 créative

2020 créative

Je sens que cette année va être dense (et belle) d’un point de vue créativité. Bien que cela fait deux fois que l’on me dit dans un contexte d’accompagnement professionnel “la peinture on met de côté pour l’instant”, ça ne me convient pas. Cela me fait comme un petit pincement au cœur. Non je ne la mettrai pas de côté ! Je continue car cela m’est vital, tout simplement.

Le manteau bleu

Voici une petite toile réalisée en décembre dernier. J’y ai utilisé des collages. Cela ne se voit pas de trop tant je suis repassé avec de la peinture par dessus. Cela se devine au toucher et quand on regarde de très près.

Le manteau bleu, acrylique et collage sur toile de lin, montée sur chassis, 20X20 cm

Les côtés de la toile sont peints. Inutile d’encadrer, c’est prêt à accrocher!

Illustrations sur livre

Je continue mes illustrations sur livre 🙂 Je pense que je vais les coller sur un support rigide, en bois surement. Je cherche…

Carnet de croquis

Quelques pages de mon carnet de croquis, des illustrations faites automatiquement, de façon spontanée.

Bonne semaine !

Pin It on Pinterest