Meuble aux coquelicots

Meuble aux coquelicots

Haaaa un peu de déco, enfin!

Pour ce petit meuble années 60, j’ai flashé sur le motif coquelicot proposé par Nadja sur son blog “dans mon bocal”. Je voulais un meuble clair, bicolore et simple mais un peu surprenant.

meuble repeint avant après

youhouuuu je suis trop contente!

Comme une quiche je n’ai pas pris de photo avant. J’ai juste celle-ci toute pourrie où je prends la pose, genre la fille sûre d’elle qui a ramené ce meuble dans son petit appart et qui compte bien le rénover illico presto parce que dans sa maison, l’installation sera vite faite et dans quelques mois elle pourra prendre des photos et faire un super album sur Pinterest… 😉

Plus d’un an plus tard, la plupart des murs ne sont toujours pas peints, il y a 4 ou 5 meubles qui trainent en attente d’une nouvelle jeunesse, il n’y a toujours pas de cuisine, toujours pas de lavabo dans la salle de bain, pas de rampe d’escalier (c’est optionnel en fait ce truc), les portes viennent d’être posées (et encore nous n’avons pas de poignée)… Mais on s’en fout! Le meuble est peint! Victoire!
Je n’avais pas prévu qu’on allait avoir autant de problèmes avec la maison, et que mon énergie allait descendre à -10.000. Quand une maison prend l’eau (au sens propre du terme), l’aménagement passe en second plan. Haaa ça y est, je commence à m’énerver rien que d’y penser. Bon revenons au meuble.

Après un démontage j’ai poncé minutieusement chaque partie (au début c’est rigolo, ensuite ça devient vite rasoir). Ce meuble présenté comme étant en bois massif  (hum hum) était en fait en bois aggloméré. Mais bon, le prix était mini et depuis le temps, tous les composants se sont volatilisés. J’ai dû poncer avec un masque car le verni partait en poussière, en dégageant une odeur moyennement rassurante.

photo historique : pas de désordre sur et dans le meuble

Après avoir imprimé les motifs de coquelicots je les ai collés à la colle à tapisserie (il m’en restait un fond, mais j’aurai pu aussi utiliser la colle à la farine) en me prenant la tête m’amusant à faire tous les raccords : plus c’est petit, plus il y a de raccords.
Une couche de vernis acrylique sur le dessus du meuble, sur la peinture bordeaux et les parties encollées, remontage (ça m’a pris un petit temps quand même) et voilà ! Une nouvelle jeunesse pour ce meuble.

En vrai, le meuble est tricolore car les pieds sont en jaune pâle

Ma fille ne voulait pas que je replace le fond et souhaitait mettre le meuble à l’envers afin de voir les coquelicots tout le temps. Je n’ai pas retenu sa proposition 😉

Et au niveau écologie?

Bahhh peut mieux faire! Et fera mieux la prochaine fois!

Les points négatifs

  • J’ai utilisé de la peinture acrylique certes, mais pas une peinture spécialement écologique.
  • J’aurais pu faire ma colle au lieu d’utiliser la colle à tapisser (je finis mes fonds de placards).

Les points positifs

  • C’est un meuble d’occasion.
  • J’ai utilisé du vinaigre pour nettoyer les boutons de portes.
  • Seule une vis usée est partie à la poubelle 🙂

 

Bon allez, suivant!

Peinture décorative : chambre 1

Peinture décorative : chambre 1

Plus de 6 mois après notre installation, j’ai enfin réussi  à peindre entièrement une pièce (la plus petite soit dit en passant…). Je voulais du blanc, je voulais de la peinture naturelle et si possible faite maison. Je te raconte ici mon expérience.

 

Le choix de la peinture

J’ai essayé la peinture suédoise qui fonctionne très bien… avec des pigments de couleur. Sur le net, j’ai lu partout que pour avoir du blanc, il fallait simplement remplacer les pigments par du blanc de Meudon. Mais moi, tout ce que j’ai réussi à avoir, c’est une peinture transparente!

Je me suis donc tournée vers la chaux. Mais après avoir lu une multitude de mises en garde (la peinture n’accroche pas sur le plâtre, elle devient farineuse…), je me suis décidée à acheter de la peinture toute faite (à la chaux et naturelle hein, on s’entend bien !). J’ai trouvé la peinture Galtane, une marque belge. Le petit magasin de déco de la petite ville voisine de mon village est un revendeur galtane. Donc ça tombait très bien.
J’adore la texture de cette peinture à la chaux, j’en mangerais. Oui je sais j’ai un rapport particulier avec la peinture. Et de plus j’adoooore faire des 8 avec mon pinceau plat. Oui, c’est ainsi.

La peinture à la chaux, c’est beau et puis c’est un peu de la slow peinture. Très slow. Surtout quand j’ai vu que j’allais devoir mettre 3 couches. Faire 3 fois des 8 sur 3 murs ça va (le 4e est en bois, cette peinture ne s’applique pas sur le bois), mais au plafond c’est autre chose. J’ai souffert. Je me suis même ennuyée un peu !

Mais au final, j’aime beaucoup le rendu brossé, légèrement texturé et nuagé.

chambre4

 

“N’oubliez pas de mettre des gants”

Je l’ai vaguement entendue de la bouche de la vendeuse mais je n’en n’ai pas tenu compte. Car vois-tu, je n’aime pas les gants, le plastique tout ça. Et j’aime toucher. Et puis ma peau est l’organe qui remplace la vue perdue de mon œil droit (voui je suis quasi borgne). Rhooo c’est beau ce que j’écris je devrais ouvrir un twetter pour m’auto tweeter !

Bref je n’ai pas mis de gants. Et je m’en suis mordue les doigts, enfin c’est plutôt la peinture que m’a mordue. Ça m’a fait des petits trous dans les doigts et ces petits trous ont mis 3 semaines à se refermer sisi j’te jure. Ensuite, j’ai mis des gants.
En plastique.
Jetables.

 

Ha noooon pas ce bleu

Donc me voilà avec 2 murs et un plafond peint en blanc. J’ai envie d’une couleur pour le 3e mur. J’ai acheté les pigments pour avoir la couleur comme sur les échantillons de présentation. Et puis je n’ai pas suivi la recette (car faut toujours que j’improvise, que ce soit en peinture ou en cuisine). J’arrive à un bleu qui me plait beaucoup. Je peins. Et là, je réalise que la peinture à la chaux éclaircie en séchant. He oui… Une fois sec, mes filles s’exclament avec beaucoup d’admiration « hoooooo le bleu de la reine des neiges !!! c’est trop beau ». Ha oui mais non, c’est notre chambre, je ne veux pas ce bleu moi !! Je n’ai même pas pris de photo tellement j’en ai marre de ce bleu.

Alors ça me déprime et je laisse le temps passer. J’achète d’autre pigments et le temps que je m’y remette, le reste de peinture colorée –que j’avais mis dans une bouteille en verre –a viré au vert, vert gris. Et j’aime beaucoup cette couleur. Allez zou, c’est reparti. Out la reine des neiges.

 

Je cuis toujours trop de pâtes

Les quantités, je n’arrive pas les cerner (peinture, cuisine…). Autant j’avais trop de peinture pour la première couche, autant je n’en avais pas assez pour la seconde, et je suis là, avec ma couleur impossible à reproduire et mon mur bien trop grand pour la quantité de peinture que j’ai…
Donc je fus bien obligée d’improviser. Alors pourquoi faire simple, je me suis dit qu’un soubassement blanc serait parfait surtout si je fais la transition avec un feuillage. Et c’est ainsi que notre chambre a mis un certain temps à être finie (la peinture hein parce que pour le reste, il n’y a encore rien).

chambre3

 

Un peu de technique maintenant

J’ai peint directement à main levée le feuillage et avant que la peinture ne soit totalement sèche, je suis repassée avec le bout de mon pinceau (le bout en bois, pas les poils) pour y “graver” les nervures. Cela donne du relief et de la pâte aux motifs. La lumière joue sur la texture de la peinture.
Pour des délimitation plus nettes dans les angles, je suis repassée avec un fin liseret de peinture blanche. En effet, je n’ai pas osé mettre du ruban de masquage sur la chaux, j’avais peur d’arracher la peinture.

 

Inconvénients de la peinture à la chaux

  • En durcissant la peinture à la chaud devient rigide. Si le mur bouge, il y peut y avoir des petites fissures (la peinture latex acrylique, elle, forme un film plastique souple).
  • Elle ne se lave pas. La vendeuse m’a conseillée de passer une couche de savon noir pur afin de la protéger (il se peut que j’écoute la vendeuse cette fois-ci).
  • La peinture blanche est transparente à l’application. Elle blanchit en séchant. L’application est un peu plus difficile du coup et parfois, c’est le lendemain que l’on se demande si on n’a pas bu plus que de raison avant de peindre.
  • C’est moyen végan, car il faut des brosses en soies naturelles.

chambre2

 

Les avantages de la peinture à la chaux

  • Au final, elle couvre bien, malgré les 3 couches du plafond, mais mon support n’était pas blanc à la base et je pense l’avoir un peu trop diluée.
  • Aucune odeur, aucune émission (super pour les enfants)
  • Recouvrable
  • Facile à appliquer, agréable
  • les taches au sol sont facilement lavables (t’as beau bien protéger ton sol, il y a toujours des tâches de peinture)
  • Ecologique, les résidus sont compostables
  • Donne une ambiance particulière à la pièce.

Pour les autres pièces, j’ai pris une peinture galtane plus classique et plus facile à appliquer pour le plafond. Deux couches ont suffit pour avoir un beau blanc. Mais je garde la texture de la chaux pour les murs car vraiment, cela donne une ambiance chaleureuse et naturelle très agréable.

Je n’utilise plus de shampoing (2)

Je n’utilise plus de shampoing (2)

La semaine dernière, je t’ai expliqué comment j’en étais venue à m’intéresser à cette pratique étrange qu’est le no-poo. Aujourd’hui, je t’explique la technique que je fais pour ne plus utiliser de shampoing.

Je continue à me laver les cheveux, MAIS je n’utilise plus de shampoing  industriel (oui oui même bio) depuis 2 mois. J’utilise uniquement de l’argile. J’ai espacé les shampoings de 15 par mois à 2 par mois. La finalité du no-poo est de se laver les cheveux une fois par mois à l’eau claire. Je n’y suis pas encore mais en un an, quelle évolution pour moi !

 

Comment je m’y suis prise ?

Progressivement!! C’est le maitre mot! Je dirais qu’il y a une technique de base (celle décrite par Antigone) et qu’après, tu adaptes selon tes besoins, ton ressentis, tes envies.
Voici comment ça c’est passé pour moi

  1. J’ai commencé par espacer les shampoings (tradi) humides tout doucement par périodes de 1 mois : un mois avec un shampoing tous les 4 jours, un mois avec un shampoing tous les 5 jours… tu vois, j’ai pris mon temps.
  2. Brosser, chez moi, c’était peigner matin et soir. La tête à l’endroit, la tête à l’envers. Et je lave le peigne sous l’eau avec une brosse à ongles.
  3. Quand l’espacement entre les shampoings devient critique… (comprendre, t’as les cheveux poisseux et t’es pas sortable) espacer les shampoings humides  en intercallant des shampoings secs.
  4. Après chaque shampoing, rincer au vinaigre.

 

Shampoing sec

no poo, le shampoing sec au rhassoul

Voici ce que j’utilise pour faire les shampoings secs : rhassoul, peigne et brosse pour nettoyer le peigne. C’est tout

J’ai essayé la maïzena, trop blanc, l’argile blanche, trop blanc aussi, ça laissait comme une pellicule de poussière sur la tignasse. Puis je suis passée au rhassoul et là, c’était le top. Au début j’en mettais trop, donc parfois il y a avait toujours cette impression de poussière, maintenant, j’en mets moins et c’est parfait.
Je saupoudre le rhassoul sur le dessus, sur le dessous (la tête en bas) et je masse bien le cuir chevelu pour répartir l’argile, je ne m’occupe pas des longueurs. Ensuite, je peigne longuement. Fini ! C’est reparti!

 

Shampoing mouillé

shampoing au rhassoul

Shampoing au rhassoul

Je fais une pâte avec du rhassoul et de l’eau. Je l’étale bien sur tout le crâne, je masse le cuir chevelu, je ne m’occupe pas des longueurs. J’attends un petit peu, avec le surplus, s’il y en a, je me lave le visage à l’argile. Ensuite je rince, et je fini par un rinçage au vinaigre de cidre dilué. L’argile donne une sensation de peeling, dès qu’elle est appliqué on sent une différence, ça devient tout doux, si tu as peur de manquer du  plaisir de faire mousser tes cheveux, je te conseille d’essayer la sensation argile!

 

Rinçage au vinaigre de cidre

Je dilue un petit fond de vinaigre dans une tasse d’eau. En tout dernier, j’utilise ce mélange en rinçage. La tête en bas, je verse l’équivalent de la moitié de ma tasse et je laisse bien le liquide s’écouler. Puis je me redresse, ré-rempli la tasse et verse la totalité sur le dessus! En veillant à bien en mettre partout (sauf dans le yeux). Au début je le faisais à l’eau tiède, maintenant, je le fait à l’eau froide! Banzaïïï!!

les ingrédients pour un shampoing naturel

Ni plus ni moins!

 

Soyons honnêtes, il y a eu des ratés

Le chocolat

Pour contrecarrer l’effet poussière du shampoing sec, il est préconisé de rajouter du chocolat en poudre avec l’argile. Plus de poussière, mais les cheveux qui sentent les vêtements portés mais jamais lavés. Beurk.

Le café

Le shampoing au café : des cheveux aussi poisseux avant qu’après. Bof (par contre, le café est super pour le peeling sur le corps – un peu agressif pour la peau plus sensible du visage).

Les pellicules et le cuir chevelu qui gratte

Oui ça arrive parce que le corps doit s’adapter et parfois, il a du mal. Chez moi, je crois que c’est aussi lié aux périodes de stress. C’est pénible, mais ça passe. D’ailleurs, c’est passé.

 

Pour conclure

Ça a pris du temps, mais je ne le regrette pas. Quand je prends mon shampoing, je  peux le faire un jour de congé, je suis cool. 1 fois par mois, je fais un henné brun foncé. Vu que je me lave les cheveux 1 fois entre chaque henné, il ne part pas tout de suite.
Grâce au peignage bi-quotidien (parfois je le loupe hein, je suis pas super-woman), mes cheveux poussent, poussent… (les cheveux blancs aussi malheureusement) !
Je vais leur faire une petite coupe d’été d’ailleurs.
– Quoi ? Tu vas aller chez le coiffeur ? Mais il va te faire un Shampoing ???
– Ben non, je me les coupe toute seule voyons ! Je te mets mes 2 tutos préférés bientôt 🙂

 

D’autres adeptes du no-poo ou des recettes 100% naturelles

 

Je n’utilise plus de shampoing (1)

Je n’utilise plus de shampoing (1)

J’ai les cheveux longs et foncés. Je ne me suis jamais trop préoccupée de mes cheveux avant d’avoir des enfants. Je les ai eu courts toute petite (parce qu’ils ne poussaient pas) et je me souviens encore quand ma sœur a réussi à faire une mini couette avec mes 5 cm de cheveux. Je les ai eu longs à 6 ans,et puis un carré fille très sage. Après ils ont été très courts (ouais, même que j’ai eu une brosse haha) et puis j’ai vécu le loooong moment de la repousse (tu sais, avec les rebiquettes sur les oreilles) et depuis que j’ai 15 ans ils sont longs. Une petite période demi-crane rasé (en dessous d’une oreille à l’autre), je les ai teint en rouge, en bleu (mais seules mes mains et le lavabo gardaient la trace de la coloration) et puis voilà.

Et puis après après après j’ai eu des enfants et il se passe des trucs étranges pendant la grossesse, grâce aux hormones. Moi par exemple, mes cheveux ne tombent plus et ils poussent,  poussent, et… mes poils ne poussent plus. Sisi véridique. Top cool.

Et puis après il y a l’accouchement. Là, du jour au lendemain, mes poils repoussent telle la renaissance de la nature au printemps et au bout de 2 mois mes cheveux tombent sans repousser… pas top cool.

Et c’est là, quand je n’osais même plus détacher mes cheveux, quand prendre un shampoing me plongeais dans un gouffre de désespoir sans fond parce que mes cheveux tombaient par poignée, que je me suis renseignée sur le no-poo.

Difficile à croire mais ne plus utiliser de shampoing, c’est prendre soin de ses cheveux…

Le no poo, c’est quoi ?

C’est le fait de ne plus se laver les cheveux avec les shampoings industriels, en passant par des étapes intermédiaires, tout en douceur.

pourquoi ?

J’en ai marre d’avoir les cheveux sale après 2 jours, je n’ai pas particulièrement le temps de me les laver le matin, et particulièrement le courage de me les laver le soir. Je veux diminuer mes déchets, je veux que mon henné tienne plus longtemps!  Et à l’époque, je voulais que mes cheveux repoussent tout simplement, sans dépenser une fortune en compléments alimentaires et fortifiants.

Etat des lieux

Alors pour moi c’était mission impossible. Je me lavais les cheveux tous les 3 jours mais je les avais propres 2 jours. Mes cheveux ont toujours été gras. Voilà, c’est comme ça et ça ne changera pas (que je croyais). Mais bon, comme j’aime bien les trucs un peu foufou, je me suis dit pourquoi pas.

Qui me suis ?

J’ai fait mon coming out de no-poo au boulot (je n’avais pas encore commencé mais je voulais savoir si dire “je ne vais plus me laver les cheveux” faisait le même effet que “je veux accoucher à la maison” ou “je ne baratine pas mes enfants avec les histoires de père Noël ou st Nicolas“. La réaction m’a surprise, j’ai eu des exclamations d’enthousiasme, de l’intérêt, de la motivation. C’était au mois de juin (il y a un an) et avec plusieurs de mes collègues, emportées par une solidarité merveilleuse, par un élan effervescent qui nous promettait d’atteindre la liberté recherchée (comprendre : purrrréeee quelle galère de se laver les cheveux…) par des expériences trépidantes, nous nous sommes dit:

OK !! On ralentit les shampoings durant l’été et on se retrouve en septembre pour faire le point et se soutenir mutuellement dans notre démarche de no-poooooo wééééé”

Trop la folie!


Et au mois de septembre… devine qui s’est pointée toute seule les cheveux crassouilles au boulot… ? Ouais c’est bibi.

La suite la semaine prochaine.

En attendant, pour en savoir plus

 

DIY le carnet de gratitudes

DIY le carnet de gratitudes

Hello à toi! Je voulais profiter des vacances scolaires et du changement de rythme pour poster encore plus, pour créer encore plus, et tu sais quoi? He bien j’ai totalement ralentis, et ce n’est pas plus mal. Ici en Belgique, les vacances sont finies :-(, lundi on reprend…

Ça te dit une nouvelle habitude? Je te propose de noter tous les soirs tes petites gratitudes de la journée, ce qui s’est bien passé, ce qui t’a procuré des petits bonheurs. Tu n’as pas de carnet? Pas de soucis, voici un tuto pour le fabriquer maison, et de façon récup (au lieu d’aller en acheter un tout neuf et plein de colle, non mais!). Je n’ai rien inventé, je l’ai repris du site esprit Cabane.

Pour faire ce carnet, il te faut :

DIY carnet de gratitudes

  • l’image à imprimer que tu trouveras en bas de l’article
  • 2 cartons de récup (emballages alimentaires) découpés au format A6 (c’est l’équivalent d’une feuille A4 coupée en 4)
  • une dizaine de feuille A4 de récup (imprimées recto, on utilisera le verso) coupées en 4
  • une perforatrice
  • un cutter et une règle (tu peux remarquer le très bon état de la mienne…)
  • 2 attaches parisiennes
  • de la colle (piquée à ma fille)
  • et si tu as, du masking tape déco

Allez, c’est parti. Et c’est ultra simple.

DIY carnet de gratitude

Colle l’image imprimée sur un des deux morceaux de carton. Fais des trous dans les feuilles et les deux fiches cartonnées. Pour avoir les trous au même endroit sur toutes les feuilles, je ne fais pas les deux trous en même temps. Je calle la barre de repère sur A6 et je fais un trou, je retourne mon papier, et je fais l’autre trou.

DIY carnet de gratitudes

Pour faciliter l’ouverture du carnet, au dos de la fiche cartonnée de couverture, fais une légère, très légère trace au cutter, afin de marquer le pli.

Fais un sandwich en mettant les feuilles blanches entre les deux fiches cartonnées, et assemble le tout avec les attaches parisiennes. Et voilà, c’est fini!

Pour une meilleure finition, j’ai bordé la fiche de couverture avec du tape déco.

DIY carnet de gratitude

 Et maintenant, plus qu’à le remplir!

telecharger

 

Pin It on Pinterest