Atelier nichoir

Atelier nichoir

Le week-end passé, ma fille et moi avons participé à un atelier nichoir. Cela fait longtemps que je souhaitais faire un petit abri pour les oiseaux et rien de tel que de le réaliser en groupe (comme pour les recettes zéro déchet). Ces ateliers permettent de donner l’impulsion. Si j’avais plus d’arbres dans notre jardin*, je crois que j’en mettrais partout !

Pourquoi installer un nichoir ?

C’est vrai ça, pourquoi installer des nichoirs alors que les oiseaux se débrouillent très bien sans nous ? Disons que c’est un peu… pour rattraper le coup… à cause de l’activité humaine, les oiseaux peinent à trouver des lieux de nidification dans le milieu naturel. Il y a de moins en moins d’arbres creux, de haies, d’arbres tout simplement.

L’atelier

Cet atelier était organisé par “les vies dansent“. Je les connais bien, dès que tu t’intéresses à ce genre d’ateliers, tu rencontres pleins de gens fantastiques avec qui tu ne peux que sympathiser!

Dans un premier temps, nous avons eu la théorie:

  • les différentes espèces locales les plus fréquentes
  • leur nidification, les différents nichoirs (en hauteur, dans les haies, dans un nichoir ouvert ou fermé, en solitaire ou en groupe)
  • leur chant (je dois faire des progrès sur ce point…)

Ensuite, nous sommes passés à la pratique.

Des kits des nichoirs étaient déjà préparés, les planches découpées! Heureusement car nous y aurions passé la journée. J’ai bien louché sur l’énorme nichoir à moineaux. En effet les moineaux vivent en groupe dans des grands nichoirs compartimentés. Cela peut faire penser à un immeuble à appartements, moi, j’ai pensé à un habitat groupé et ça m’a plu. Mais où l’installer dans notre jardin?

Merci à l’association d’avoir préparé toutes les planches!! (photo Les vies dansent)

Ma fille voulait celui du rouge-gorge mais il faut le mettre dans une haie. J’ai planté une haie défensive en mars dernier. J’y mets beaucoup d’espoir (je l’encourage énormément) mais cela va être un peu juste pour cette année…

Finalement, nous avons choisi le plus courant: le nichoir à mésanges. Nous avons pas mal de mésanges dans le jardin (enfin… moins que la première année je trouve). Et cet automne elles se sont régalées avec les graines des tournesols que j’avais laissées en place. Et je ne me lasse pas de les observer.

La mésange est un oiseau cavernicole (+10 points si tu arrives à placer ce mot dans une conversation), il lui faut donc un nichoir fermé et profond. Il n’y a plus beaucoup de cavités actuellement (vieux arbres, ruines…).

Construction

C’est parti pour la construction. Et tap tap tap. Et comme ma fille voulait tout faire toute seule c’était tap tap tap X 25 vu que 3 fois sur 4 le marteau tapait à côté du clou et que, bien qu’elle tapait de toutes ses petites forces, le clou mettait bien longtemps à s’enfoncer dans le bois. J’ai aussi eu très peur pour mes doigts, mais j’ai le sens du sacrifice en tant que mère presque parfaite.

Je précise que c’est un atelier à éviter les lendemains de guindaille ou les matins de migraine.
Mais quelle fierté une fois les planches assemblées! Je ne sais pas qui d’elle ou de moi était la plus fière!

photo Les vies dansent

J’ai fait les finitions à la maison et passé une couche d’huile de lin pour protéger le nichoir. Nous l’avons placé ce week-end. C’est le moment, les mésanges cherchent un endroit où s’installer. Après la mi-février, c’est un peu tard pour installer un nichoir.

Installer le nichoir

Nous n’avons pas de gros arbres dans notre jardin mais chez le voisin il y en a un magnifique qui borde notre terrain.

Idéalement, le nichoir doit être installé en hauteur, direction sud-est. Après tu fais ce que tu peux avec ce que tu as. Si à la fin de la saison le nichoir est resté vide, il faut envisager de le changer de place. Si tu le places sur un mur, visse une planche à l’arrière qui dépassera en haut et en bas, et visse cette planche sur le mur. Si tu le places sur un arbre, accroche le nichoir avec une chambre à air par exemple autour de la branche ou du tronc pour ne pas blesser l’arbre. Le nichoir doit être légèrement incliné vers l’avant pour laisser l’eau s’écouler s’il y a une infiltration (et là j’ai l’image des infiltrations dans notre maison et de notre entrepreneur mettant du silicone partout, mais je m’égare, je m’égare…)

Deuxième nichoir!

J’ai même eu le temps d’expérimenter le tressage pour la fabrication d’un nichoir à caler dans une haie. Donc voilà toujours ce problème de haie. Nous avons bien des lauriers devant, mais j’ai un peu peur que les chats fassent des ravages… Donc je verrai où l’installer plus tard. J’ai eu la structure et je l’ai finie seule, ma fille ayant disparue quelque part près de la table où se trouvait un cheese-cake au spéculoos.

C’était une première expérience de tressage et disons que… c’était du tressage sauvage, voilà sauvage, le mot convient très bien. J’imagine déjà au printemps prochain les oiseaux se moquant allègrement de ma réalisation. Finalement après un rattrapage au fil de fer (comment ça les oiseaux n’utilisent pas de fil de fer?), le tout a retrouvé une forme présentable.

Je vais le finir en ajoutant de la mousse et de la paille.

Pour aller plus loin

Le prochain atelier sera sur les hôtels à insectes! Je te raconterai!

 *je reviendrai sur les arbres de notre jardin une prochaine fois.

Lettre d’info 2020

Toutes les 3 semaines reçois mes actualités, mes nouveautés mais aussi une fiche illustrée sur un geste écolo à mettre en pratique rapidement et facilement!

La recette du burger végétarien rapide à faire

La recette du burger végétarien rapide à faire

J’avais déjà illustré cette recette il y a des années mais je l’ai refaite version 2019 pour un devis. Alors tant qu’à faire, je la partage ici :-). Voici la recette du burger végétarien version “express”!

C’est une recette hyper facile et rapide à réaliser. Le top est d’augmenter les proportions pour en faire beaucoup beaucoup et les congeler.

Conseils préparation

  • Avant je ne mettais pas de lait, mais en rajoutant un peu de lait au mélange, le tout est beaucoup plus moelleux.
  • C’est une recette de base, on peux y mettre des restes de légumes cuits à la place de la carotte, des oignons,  avec ou sans fromage. Si j’utilise des reste, je mets tout dans le mixer.
  • Si ton mélange est trop liquide, tu peux ajouter de la farine.

Conseils cuisson

  • Pour cuire dans une poêle en inox, et éviter que cela colle, bien faire chauffer l’huile avant de placer la nourriture.
  • Pour éviter de démolir le burger quand tu le retournes, cuire à feu doux bien longtemps sans y toucher, le temps que la partie en dessous se “solidifie”. Retourner avec une spatule métallique (sauf si ta poêle a du téflon) glissée en dessous.
  • Autre moyen de cuisson : 20 min au four, pas besoin de retourner.

Conseils congélation

Tu peux congeler les burgers, pour cela,  bien les étaler sur une feuille de papier cuisson. Une fois congelés, tu les mets dans un récipient (boite ou bocal). Ainsi, tu pourras les prendre un à un très facilement, ils ne seront pas collés.

Bon appétit!

 

Illustration dans PermaGaia

Illustration dans PermaGaia

J’ai le grand plaisir d’avoir illustré une pleine page dans le mook (magazine sous forme de livre) PermaGaia aux Editions Rustica, consacré à l’engagement. Avec 7 autres illustratrices, nous avons illustré chacune un engagement écologique nous tenant à cœur. Pour moi c’est l’achat d’occasion, geste que je mentionne ici et déjà. C’était difficile de choisir car l’engagement écologique regroupe toute une série de pratiques qui vont de l’action individuelle à l’action de groupe. Finalement, j’ai mis l’accent sur notre mode de consommation de biens utilitaires (sauf pour le chat hein, on est d’accord, les chats n’appartiennent à personne!).

PermaGaia Marina Le Floch Illustration
Marina Le Floch illustration pour Permagaia-  consommer d'occasion
J’adopte le réflexe “occasion”! – Permagaia, Editions Rustica

Dans ce numéro tu trouveras entre autre, un article sur Claire Nouvian, de l’ONG Bloom, Julien Vidal de “ça commence par moi“, un article du Professeur Feuillage (regarde leurs vidéos, ils sont déjantés!)… et bien d’autres articles intéressants encore! Ce mook est très agréable à lire avec sa belle mise en page et ses belles photos (et ses belles illustrations ;-)).
J’ai découvert avant la publication, que Muriel Douru y illustre aussi un engagement. C’est une illustratrice que je suis depuis plusieurs années et qui m’inspire énormément par son combat, quelle joie de me retrouver dans le même magazine!

Les liens vers les autres illustratrices

Marina Le Floch, illustration pour Permagaïa
La zolie baleine

La zolie baleine

Marina Le Floch histoire de la baleine 1
Marina Le Floch histoire de la baleine 2
Marina Le Floch histoire de la baleine 3
Marina Le Floch histoire de la baleine 1
Marina Le Floch histoire de la baleine 1

Cet hiver déjà, j’avais eu du mal à profiter d’une promenade sur la plage. En effet, celle-ci était jonchée de déchets, petits et gros… beaucoup de filets et de casiers de pêche :-(, des bouteilles, des chaussures… Ma fille, elle, s’est amusée follement à courir en traînant ces déchets, en shootant dans les bouteilles…

Peut-être imagine-t-elle que la mer est une étendue d’eau avec des animaux remplis de plastiques colorés ?

C’est beau une planète multicolore mais c’est mieux, si la nôtre reste bleue.

Rien de neuf en 2018: janvier

Rien de neuf en 2018: janvier

Je participe au défi « Rien de neuf en 2018 » proposé par Zero Waste France. En gros cela consiste à ne rien acheter de neuf cette année, ou le moins possible. À part évidemment les consommables. C’est à chacun de poser ses limites. Je me suis engagée là-dedans car je savais que ça n’allait pas être trop contraignant pour moi mais qu’il y aurait quand même certaines difficultés.
Ensuite, pour le fun, je me suis dit que je pourrais illustrer mes achats. Voici mon bilan de janvier.
Je préviens : je n’ai pas tout illustré car

  1. J’ai décidé de le faire tard, genre j’ai commencé lundi dernier.
  2. J’avais ma fille malade dans les pattes, genre, niveau de concentration possible : 0,5/10.
  3. Ou alors, c’est que j’ai dû acheter trop de trucs.

Les achats d’occasion

Des vêtements

défi rien de neuf en 2018

  • Un pantalon,
  • une jupe,
  • un t-shirt,
  • et un pull (trop la folie).

Achetés soldés dans une friperie et aussi à une voisine qui vidait sa garde-robe. Pour ma penderie qui a plus ou moins trouvé un équilibre, j’essaye d’en sortir un vêtement dès que j’en ramène un (c’est fait).

Des ustensiles

  • Une petite cafetière à piston pour le boulot parce que le café en dosette, même papier, c’est mal et qu’en plus ce n’est pas bon. C’était une de mes résolutions pour la nouvelle année, la cafetière m’attendait, dans un rayon de soleil, sur une étagère d’une ressourcerie.
  • Des fourchettes et des grandes cuillères pour remplacer les anciennes en plastique déglingué. Elles sont dépareillées, ce n’est pas grave, ça va avec le reste – je me comprends (ressourcerie).
  • 3 bols pour remplacer ceux ébréchés. Et on a failli acheter des assiettes. Nous n’en n’avons pas besoin mais nous en avons vu des super jolies (à la ressourcerie toujours). Mon compagnon et moi sommes graphistes, et, quand on a un imprimé en main, on cherche toujours à savoir qui les a faits. Déformation professionnelle surement, c’est pareil pour les assiettes. Nous les avons retournées, en même temps, et on a vu « IKEA ». On les a reposées tout de suite. Ils sont forts chez ikéa, on a failli se faire avoir. Gnark gnark.
  • 2 bocaux. Parce que dans mon monde, les bocaux c’est la vie (ressourcerie).

Pour l’aménagement

defi rien de neuf en 2018

  • Un miroir kitchissime que là, tu peux être certain.e que c’est pas du Ikéa. Doré, avec des feuillages. Ouais (ressourcerie).
  • Une étagère d’angle moche mais dont j’ai vu tout de suite le potentiel (ressourcerie).
  • Des pots et jardinières en plastique. No comment  (ressourcerie).
  • Des plantes : Un grand ficus lyrica et des boutures de papyrus, les deux donnés (amie, collègue)

Pour les enfants

défi rien de neuf en 2018

  • Deux peluches, avec des airs chelou : un tigre qui a l’air un peu débile et un castor qui a l’air un peu méchant, il porte une couverture sur son dos. Mais malgré tout ça ils sont mignons (ressourcerie).
  • Deux imagiers en néerlandais. Ma fille veut apprendre le néerlandais. Je me suis dit que les imagiers c’était pas mal. N’essaye même pas de m’imaginer en train de lire le néerlandais. J’ai essayé de l’apprendre, par 3 fois et par 3 fois j’ai échoué. Je vais essayer une 4e fois, avec ma fille. Ceci dit, je te conseille la lecture d’un imagier en néerlandais pour la sieste, c’est radical (boutique de livre d’occasion).
  • Une paire de roller pour ma junior casse-cou, mon dos ne me dit pas merci (ressourcerie).

Les achats neufs

Mea culpa, j’ai acheté du neuf.

  • Des lingettes en microfibre pour le ménage. Bon je t’arrête tout de suite : je ne suis pas une fada du ménage, c’est pas comme si j’avais besoin d’acheter des lingettes tous les mois. Ça fait 3 ans que je devais en acheter, je n’allais pas attendre 2019 quand même?
  • Une petite plante sur un coup de tête.
  • Des marqueurs. Un enfant est venu sonner à ma porte. Avec son air suppliant il m’a demandé de participer à l’action menée par son école en faveur de la fondation Père Damien. Qu’est-ce que tu veux que je fasse? J’ai bien failli lui dire non, mais j’habite un tout petit village, ma réputation aurait été faite, déjà que je ne participe pas à la fête au cochon… J’ai voulu me cacher mais il y a des baies vitrées chez moi, j’étais démasquée.
  • Le magasine Flow. Parce que j’aime bien, parce que c’est un petit peu comme de la nourriture sucrée pour mon esprit fatigué après une ardente journée de travail. Et la nourriture on peut acheter neuf.

Je me suis amusée à lister les prix des affaires achetées en occasion et à comparer avec ce que j’aurai plus ou moins payé en neuf.
J’ai économisé +250€. Cela fait réfléchir. Bien sur certains achats n’étaient pas indispensables. Les peluches par exemples (50 cents), le miroir (5€) ou l’étagère (1€). Mais c’est cela qui est bien avec l’occasion, on peut se faire ou faire plaisir sans se ruiner.

Voilà pour janvier. Et toi, ça te dit d’y participer ?

Pin It on Pinterest