Réinventer et continuer

Réinventer et continuer

 Ce blog ne veut décidément pas prendre la tournure que j’avais imaginée ! Le site en entier se transforme. Je peine à rédiger un article pas semaine, la lettre d’info qui devait partir toutes les 3 semaines, commence à partir toutes les 4 semaines et j’ai supprimé tout ce qui concerne la peinture de ce site. Les articles aussi vont disparaitre. Disparaitre n’est pas le terme exact, ils vont déménager en fait.

Si tu me suis sur les réseaux sociaux et/ou que tu es abonné·e à ma lettre d’info, tu as lu que je sépare ce qui est peinture de ce qui est illustration et graphisme. Et c’est donc, 2 comptes Instagram, 2 pages Facebook et tout bientôt 2 sites à gerer.

Et du coup, je passe plus de temps devant mon ordinateur. Et ce n’était pas prévu au programme. Enfin bon soit, j’espère que c’est temporaire parce que je compte bien passer du temps au potager cette année ! Et réussir à cultiver 2 ou 3 trucs mangeables !!

Il n’y pas que le site qui change, un de mes projets aussi. Malheureusement, pour une raison X et Y (et surement Z), mon éditrice m’a fait savoir que mon prochain livre ne sera pas publié. En tout cas, pas chez Larousse. Il m’a fallu quelques jours pour digérer la nouvelle (je demande pardon aux occupant·e·s de mon foyer pour mon humeur exécrable et mon stress). Ça a quand même été le coup de grâce après quelques jours pourris et une succession de réponses négatives suite à des devis.

Je ne m’en plains pas, je savais que ça allait être difficile.

Je n’ai même pas envie de revenir sur cette mauvaise nouvelle. Je ne veux blâmer personne et je suis certaine que tout cela mènera quand même à quelque chose. Ce qui est positif là-dedans, si le livre ne voit jamais le jour, c’est que j’ai une centaine d’articles prêts pour le blog, ben oui, au final, j’avais bien avancé ces derniers temps !

Et du coup, ça me laisse beaucoup plus de temps pour la prospection, et pour faire d’autres devis.

P O S I T I V O N S

Foire du livre de Bruxelles

Et c’est donc avec un sentiment mi-figue mi-raisin que je participerai à la foire du livre de Bruxelles. Normalement, elle ne devrait pas être annulée ! C’est questionnant quand même, en France le salon du livre est annulé mais pas en Belgique. Serions-nous plus résistants dans ce petit royaume ?

Je serai en dédicace le samedi 7 mars de 10h à 12h
au stand Dilibel n°111-112

Avec mon livre “100 gestes écolos qui vont changer le monde”
Welcome !!

Je serai ravie de rencontrer des lecteurs et des lectrices, de discuter et de leur faire des petits gribouillis dans leur livre ! Et à mon avis, je ne vais pas revenir les mains vides. Alors… à samedi ?

Atelier gîtes à insectes

Atelier gîtes à insectes

J’ai participé à un atelier “Gîtes à insectes” avec l’association Les vies dansent. Nous avons fait le tour des petites bébêtes bien utiles pour le potager, et pour la vie toute entière. Parmi ces insectes, il y a les pollinisateurs. Sans pollinisateurs, plus de pollinisation, plus de fleurs, plus de légumes, plus de fruits. Bam!

Comme pour les oiseaux, mettre à disposition des endroits où ils vont pouvoir pondre est indispensable. Et comme pour les oiseaux, les insectes se débrouillent très bien sans nous. Mais comme pour les oiseaux, les humains réduisent de plus en plus les zones d’habitat des animaux.

Quelques petites bébêtes bien utiles

La coccinelle

La petite bête à bonDieu est très utile au jardin, elle mange les pucerons, une vraie prédatrice! Certaines coccinelles mangent même l’oïdum, les cochenilles.
La femelle peut pondre jusqu’à 400 œufs!

La coccinelle asiatique a été importée en masse pour lutter contre les pucerons. Hélas, elle est maintenant ingérable et prend la place des coccinelles endémiques.

La chrysope

Petit insecte très délicat avec ses ailes ovales translucides, il est également appelé “la demoiselle aux yeux d’or”. Mais attention, il est très vorace de pucerons et d’acariens. Non seulement, il nous débarrasse de ceux-ci, mais en plus il va de fleurs en fleurs pour se sustenter, tout en les pollinisant.

Le pince-oreille

Pince-moi si je rêve!  Il est tout gentil et jamais il ne viendra se glisser dans votre oreille pour vous pincer. Il viendra manger les nuisibles tels que les pucerons, les psylles. Il mange également les végétaux en décomposition.

L’osmie

10 mois d’hibernation pour cette petite abeille! Elle n’a plus beaucoup d’abri naturel la pauvre. C’est une abeille solitaire, elle ne vit pas en ruche et ne produit pas de miel. Les deux petits mois où elle n’hiberne pas, elle cherche un endroit où pondre ses oeufs. Elle aime beaucoup les petites cavités. Et sinon, elle butine butine butine tout en pollinisant. Et elle a un super pouvoir… elle peut choisir le sexe de son bébé!

Les gîtes

Chaque insecte a sa particularité et a donc besoin d’un abri particulier. Les grands hôtels à insectes, qui sont très esthétiques dans les jardins, ne sont pas forcément une bonne idée, car tous les insectes n’aiment pas cohabiter.

Avec ma fille, nous avons réalisé 2 gîtes: un pour les coccinelles, un autre pour les osmies.

Celui pour les coccinelles, ce n’était pas une partie de rigolade à faire! Franchement, ma fille a choisi le plus difficile pour commencer. Si les différentes parties sont censées être parallèles, sur le nôtre c’est un peu l’anarchie. Qu’importe, il y aura bien une partie qui sera utilisable!

Le deuxième est réalisé pour les osmies, qui vont pondre une rangée d’œufs et boucher les cavités. Près de chez moi, des petits hôtels à insectes ont été installés l’année dernière. On peut voir qu’une partie des trous a été rebouchée. D’ici quelques temps, dès mars, des bébés osmies (déjà grands) vont sortir et s’en donner à cœur joie.

J’attends que les tempêtes du week-end finissent pour les installer dans le jardin (plein sud).

Le gite le plus facile à réaliser et à la portée de tous:  laisser un tas de petits branchages, de feuilles et d’herbes. Toutes sortes d’insectes peuvent venir s’y réfugier.

Stop aux pelouses et bordures impeccables sans vie!

Les 3 objectifs de l’année

Les 3 objectifs de l’année

Pour continuer les articles de la catégorie “journal d’une entrepreneuse“, j’avais prévu d’écrire sur un sujet général à chaque fois, au lieu de raconter ma vie. Et je me suis rendue compte que je n’avais pas forcément la capacité, ni le temps de chercher les informations. Pour réussir à le faire, il faudrait que je prenne sur mon temps de sommeil. Et dans l’intérêt général de tous et toutes je vais garder mes heures de sommeil.

En fait, j’aime partager, et quand je fais des avancées, que j’apprends de nouvelles choses, j’aime diffuser. Mais pour l’instant, le moment n’est pas à ça. Toute mon énergie, pour ce qui est du boulot, je dois la mettre dans la recherche de clients et la réalisation des contrats.

Alors je vais continuer à écrire en mode bienvenue dans ma vie, mais pas systématiquement chaque mois.

Objectifs 2020

J’ai défini mes objectifs pour cette année, pour les 6 prochains mois en tout cas. Ils sont au nombre de 3, pas plus (en plus de trouver des contrats forcément). Je l’ai fait le mois passé mais c’est seulement en ayant les deux pieds en 2020 que ça se formalise clairement.

1 – Mettre en vente de façon claire mes créations originales sur le site et dans des points de vente

Pour internet, je dois un peu me plonger dans la technique et l’administratif. Donc apprendre à utiliser woocommerce, installer des moyens de paiements, faire mes conditions générales de vente, prévoir les envois, ect ect, la liste est longue et se rallonge tout le temps, elle semble élastique.

Pour les magasins, je prends des contacts, je me renseigne comment fonctionne le dépôt vente… Chaque nouvelle idée ouvre la boîte aux 10.000 questions. J’aimerais dans un premier temps mettre en dépôt des petites peintures.

2 – Me constituer un réseau, me faire connaitre

Alors ok, avoir un blog depuis + de 10 ans et avoir sorti un bouquin, tu sais quoi… ça ne suffit pas ! Ça y est, j’ai compris, il faut vraiment aller frapper aux portes et sortir de sa petite cabane du fond des bois (et pourtant j’y suis bien). Comme rien n’arrive pas hasard, j’ai rencontré une personne qui souhaitait créer un groupe d’entrepreneur·e·s, un groupe de discussion et surtout d’action! Nous avons fait notre première réunion, quelle énergie! Nous venons d’horizons différents, nos activités sont différentes mais il y a une synergie assez indescriptible pour l’instant. Cela fait vraiment du bien de discuter et de partager, c’est essentiel.

Et comme le chantait Mass Hysteria en 1997 (cela ne nous rajeunit pas…):

Donnez vous la peine, donnez!
De chercher, de renouveler sans cesse les émotions.
Pas de consensus
Le plus appelle le plus.

Mass Hysteria

Ne me remercie pas pour la référence, je t’en prie.

3 – Me concentrer sur l’écriture et l’illustration de mon prochain livre

Quoi??? Un prochain livre, et tu n’en parles pas?? Oui un prochain livre, et non je n’en parle pas encore car je suis hyper stressée car cette fois ci, j’ai une p***** de date limite et j’ai méchamment pas assez avancé!! Mais t’inquiète, j’en parlerai. Et tout va bien se passer, j’en suis certaine. 

Lecture et écoute

J’ai lu un super article où j’ai réalisé que dans mes prix, je compte mon temps de création et j’oublie tout le temps mon temps de suivi du projet, et c’est cela qui me donne l’impression de travailler looooogtemps! Kness préconise de rajouter 30% au temps de création. Cela peut paraitre beaucoup mais c’est tout à fait juste. Entre les envois de devis, les retours, les réponses aux mails, les ajustements, les petites surprises administratives, on y est.

Et je suis en train de re-lire le livre “Tu vas tout dé-chi-rer: Réveillez la badass qui sommeille en vous et transformez votre vie” de Jen Sincero, paye ton titre qui va te faire miroiter une vie excitante à souhait (en fait je lis 4 livres complètement différents en même temps, je frôle la schizophrénie). Je le lis une nouvelle fois car je l’ai vite lu la première fois, ben ouais j’avais vraiment envie de réveiller la badass en moi mais j’ai dû lire trop rapidement, parce qu’elle a du mal à émerger. Donc maintenant, je le lis calmement en prenant des notes. Bon le titre est ultra accrocheur (comme tous les titres de livre hein) mais le livre me plait bien. J’aime le côté cash et direct, elle jouait dans un groupe de rock, elle a écrit son livre de façon rock’n roll.

 

 

J’ai découvert un nouveau podcast: fait main: le podcast des loisirs créatifs. Mais pas que des loisirs créatifs, aussi de l’illustration. “Fait main”, ce sont des conversations avec des créatrices d’objets fait main. En tissu ou en papier; avec des ciseaux ou avec des pinceaux… Les créatrices nous expliquent leur passion, leur pratique créative, leurs projets. Qu’on soit créateur timide, amateur ou professionnel, ce partage d’expériences est passionnant et inspirant!. Et c’est bien. J’y apprends des petits astuces et j’adore écouter les diverses expériences.

Instagram

Je souhaite passer moins de temps sur les réseaux sociaux et j’ouvre un deuxième compte insta. N’importe quoi. Pas vraiment en fait. Instagram, c’est le réseau social par l’image. Tout doit tenir la route et être harmonieux. Je joue le jeu en ayant:

un compte pour mes illustrations et l’écologie

un autre pour mes créations artistiques

Et ça a l’air de beaucoup mieux fonctionner.  J’ai maintenant sur le premier, plus de visites de personnes interressées par l’écologie. Sur le deuxième par contre, j’ai un certain nombre d’abonnés de genre masculin aimant s’affiche à torse poil on the web! Les fameux comptes “abonne toi en retour”. Non merci. J’attends qu’ils se désabonnent naturellement.

Et voilà pour aujourd’hui! Donc ma super idée d’écrire sur un sujet déterminé par mois sur l’entreprenariat s’est transformée et c’est tant mieux. Travailler à son compte c’est vraiment aussi s’adapter, prévoir des trucs, voir que ça n’ira pas, revenir sur son idée, faire l’inverse.

Atelier nichoir

Atelier nichoir

Le week-end passé, ma fille et moi avons participé à un atelier nichoir. Cela fait longtemps que je souhaitais faire un petit abri pour les oiseaux et rien de tel que de le réaliser en groupe (comme pour les recettes zéro déchet). Ces ateliers permettent de donner l’impulsion. Si j’avais plus d’arbres dans notre jardin*, je crois que j’en mettrais partout !

Pourquoi installer un nichoir ?

C’est vrai ça, pourquoi installer des nichoirs alors que les oiseaux se débrouillent très bien sans nous ? Disons que c’est un peu… pour rattraper le coup… à cause de l’activité humaine, les oiseaux peinent à trouver des lieux de nidification dans le milieu naturel. Il y a de moins en moins d’arbres creux, de haies, d’arbres tout simplement.

L’atelier

Cet atelier était organisé par “les vies dansent“. Je les connais bien, dès que tu t’intéresses à ce genre d’ateliers, tu rencontres pleins de gens fantastiques avec qui tu ne peux que sympathiser!

Dans un premier temps, nous avons eu la théorie:

  • les différentes espèces locales les plus fréquentes
  • leur nidification, les différents nichoirs (en hauteur, dans les haies, dans un nichoir ouvert ou fermé, en solitaire ou en groupe)
  • leur chant (je dois faire des progrès sur ce point…)

Ensuite, nous sommes passés à la pratique.

Des kits des nichoirs étaient déjà préparés, les planches découpées! Heureusement car nous y aurions passé la journée. J’ai bien louché sur l’énorme nichoir à moineaux. En effet les moineaux vivent en groupe dans des grands nichoirs compartimentés. Cela peut faire penser à un immeuble à appartements, moi, j’ai pensé à un habitat groupé et ça m’a plu. Mais où l’installer dans notre jardin?

Merci à l’association d’avoir préparé toutes les planches!! (photo Les vies dansent)

Ma fille voulait celui du rouge-gorge mais il faut le mettre dans une haie. J’ai planté une haie défensive en mars dernier. J’y mets beaucoup d’espoir (je l’encourage énormément) mais cela va être un peu juste pour cette année…

Finalement, nous avons choisi le plus courant: le nichoir à mésanges. Nous avons pas mal de mésanges dans le jardin (enfin… moins que la première année je trouve). Et cet automne elles se sont régalées avec les graines des tournesols que j’avais laissées en place. Et je ne me lasse pas de les observer.

La mésange est un oiseau cavernicole (+10 points si tu arrives à placer ce mot dans une conversation), il lui faut donc un nichoir fermé et profond. Il n’y a plus beaucoup de cavités actuellement (vieux arbres, ruines…).

Construction

C’est parti pour la construction. Et tap tap tap. Et comme ma fille voulait tout faire toute seule c’était tap tap tap X 25 vu que 3 fois sur 4 le marteau tapait à côté du clou et que, bien qu’elle tapait de toutes ses petites forces, le clou mettait bien longtemps à s’enfoncer dans le bois. J’ai aussi eu très peur pour mes doigts, mais j’ai le sens du sacrifice en tant que mère presque parfaite.

Je précise que c’est un atelier à éviter les lendemains de guindaille ou les matins de migraine.
Mais quelle fierté une fois les planches assemblées! Je ne sais pas qui d’elle ou de moi était la plus fière!

photo Les vies dansent

J’ai fait les finitions à la maison et passé une couche d’huile de lin pour protéger le nichoir. Nous l’avons placé ce week-end. C’est le moment, les mésanges cherchent un endroit où s’installer. Après la mi-février, c’est un peu tard pour installer un nichoir.

Installer le nichoir

Nous n’avons pas de gros arbres dans notre jardin mais chez le voisin il y en a un magnifique qui borde notre terrain.

Idéalement, le nichoir doit être installé en hauteur, direction sud-est. Après tu fais ce que tu peux avec ce que tu as. Si à la fin de la saison le nichoir est resté vide, il faut envisager de le changer de place. Si tu le places sur un mur, visse une planche à l’arrière qui dépassera en haut et en bas, et visse cette planche sur le mur. Si tu le places sur un arbre, accroche le nichoir avec une chambre à air par exemple autour de la branche ou du tronc pour ne pas blesser l’arbre. Le nichoir doit être légèrement incliné vers l’avant pour laisser l’eau s’écouler s’il y a une infiltration (et là j’ai l’image des infiltrations dans notre maison et de notre entrepreneur mettant du silicone partout, mais je m’égare, je m’égare…)

Deuxième nichoir!

J’ai même eu le temps d’expérimenter le tressage pour la fabrication d’un nichoir à caler dans une haie. Donc voilà toujours ce problème de haie. Nous avons bien des lauriers devant, mais j’ai un peu peur que les chats fassent des ravages… Donc je verrai où l’installer plus tard. J’ai eu la structure et je l’ai finie seule, ma fille ayant disparue quelque part près de la table où se trouvait un cheese-cake au spéculoos.

C’était une première expérience de tressage et disons que… c’était du tressage sauvage, voilà sauvage, le mot convient très bien. J’imagine déjà au printemps prochain les oiseaux se moquant allègrement de ma réalisation. Finalement après un rattrapage au fil de fer (comment ça les oiseaux n’utilisent pas de fil de fer?), le tout a retrouvé une forme présentable.

Je vais le finir en ajoutant de la mousse et de la paille.

Pour aller plus loin

Le prochain atelier sera sur les hôtels à insectes! Je te raconterai!

 *je reviendrai sur les arbres de notre jardin une prochaine fois.

Pin It on Pinterest